Le Muséum National d’Histoire Naturelle et les Sciences de la mer au XIXe siècle

Charles d’Orbigny (1806-1876), ACANTHOPTERYGIENS. SCIENOÏDES / 1.Maigre (Sciaena aquila,Cuv.) 1/3 de gr.nat. / 2.Pristipome Rodo (Pristipoma Virginianum,Cuv.Val.) 1/10 de grandeur nat. / Oudart pinx. – Duménil sc. – Folliau imp., 1849 (BC MNHN)

Au XIXe siècle, alors que se constitue, s’institue et s’internationalise ce que les naturalistes anglais et allemands commencent à appeler après 1883 Oceanography (un terme que l’on discutera en regard de l’expression parfois controversée de « sciences et techniques de la mer »), les travaux du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris portent depuis sa création sur les « productions » animales et végétales – mais aussi minérales – présentes et passées, appartenant aux mers et océans.

Les Professeurs émettent des avis et écrivent des recommandations aux voyageurs embarqués. Ils récupèrent avec bonheur les fruits des collectes opérées sur et dans toutes les mers du globe… Cela sans pour autant qu’une chaire, un laboratoire, des collections… soient spécialement et nommément dédiés à ce domaine avant 1954 (date de la création du laboratoire d’océanographie physique).

Est-ce une conséquence de la répartition – héritée de la création du Muséum – entre savants des sujets d’études opérée par grands groupes d’êtres vivants (Mammifères, Oiseaux, Poissons, Vers…) ou par grands domaines disciplinaires déjà clairement identifiés (Histoire naturelle, Chimie, Zoologie, Botanique…) ? Est-ce encore un effet de cette relation ambiguë qui existerait entre la France – et surtout ses élites parisiennes – et ses deux vastes littoraux (comme l’explique Fernand Braudel) ? Autrement dit : est-ce seulement un cas français ? Ou est-ce « plus simplement » lié à l’impossibilité pour un savant seul d’affronter l’immensité marine et sa diversité ? Est-ce lié à la nature même d’un ce fascinant « objet d’étude » – hostile, violent, dangereux mais riche de promesses et de « ressources » ? Est-ce lié à l’étrangeté de l’« appel du rivage » qu’aurait adressé aux savants, comme à une grande part de la population mondiale en ce siècle de littoralisation des sociétés, ce « territoire du vide » pour reprendre les mots d’Alain Corbin – ou ce « meritoire du « trop plein » anthropisé sous les coups des Experts de l’Industrie, des Chantres du Progrès, de l’accélération de la Conquista au sortir des deux grandes Révolutions Atlantiques ?

En présentant les travaux et les ambitions de quelques acteurs du MNHN ayant œuvré de manière importante et délibérée au développement des sciences et techniques de la mer, dans un court XIXe siècle (des années 1820 aux années 1890), nous essaierons de comprendre les relations étroites tissées entre leur prestigieux lieu de production de savoirs scientifiques et l’histoire des sciences de la mer françaises.

Hervé Ferrière, MCF en histoire des sciences et des techniques (Centre François Viète, université de Bretagne Occidentale)