Griaule, grillon, grenouille et Gringoire. Collectes mixtes et déterminations scientifiques à la naissance de l’ethnozoologie française (1928-1960)

Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques / Musée d’ethnographie (Muséum national d’histoire naturelle) et Mission scientifique Dakar-Djibouti (1931)

Dès les débuts de l’institutionnalisation de l’ethnologie française, les connaissances zoologiques et entomologiques des populations étudiées ont retenu l’attention des chercheurs et des chercheuses de terrain. Les premiers ethnologues professionnels ont ainsi collecté des spécimens naturalisés ou vivants pour le compte du Muséum national d’histoire naturelle.

Les pratiques de nomination et de dédicace des espèces découvertes ou l’attribution de noms personnels aux animaux vivants révèlent les enjeux de ces collectes mixtes, à la fois ethnographiques et naturalistes. Elles permettent de comprendre l’émergence de l’ethnozoologie française, dans un contexte où Marcel Griaule, figure dominante de l’ethnologie, développe une approche symbolique des systèmes de nomination et de classification des populations ouest-africaines.

Nommer et classer revient alors à mimer les pratiques observées et, dans plusieurs cas, à tisser des rapports analogiques entre les ethnologues et les animaux collectés.

Julien Bondaz

Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains (LADEC) et Centre Alexandre Koyré (EHESS-CNRS-MNHN, UMR 8560)

Sur l’invention de l’ethnozoologie, voir : http://naissanceethnologie.fr/exhibits/show/ethnozoologie