L’anthropologie en images

Léon de Wailly, Femme de race Bôchismanne (face), 1819, lith. de C. de Last extraite de Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire naturelle des mammifères, t. II, pl. 40.

L’essor que connaît l’histoire naturelle au XVIIIe siècle donne une nouvelle vigueur à l’iconographie naturaliste, dont les artisans s’emploient à restituer par l’image la diversité des règnes identifiés – animal, végétal et minéral.

Au XIXe siècle, l’intérêt croissant pour la « science de l’Homme », qualifiée tantôt d’anthropologie, d’ethnologie ou d’ethnographie, occasionne et encourage la représentation visuelle des physionomies, des mœurs et des costumes observables au sein du genre humain.

Instrument pédagogique et mode d’administration de la preuve scientifique sujet à des codifications multiples, l’image revêt un statut hybride, à la croisée de l’objectivation savante et de l’exercice de style, de l’usage scientifique et de l’appétence publique pour le pittoresque et l’exotique.

Roi de Siam
Fonds d’archives de la Société d’anthropologie de Paris — Albums photographiques. Album n°3. – Asie : Asie mineure, Arabie, Corse, Afghanistan, Indes, Indo-Chine. Source : Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

Les fonds du Muséum national d’histoire naturelle, au sein desquels la Société d’anthropologie de Paris a déposé ses archives, sont riches de collections méconnues dont l’examen contribue à étayer l’histoire de l’anthropologie de sa dimension visuelle.

Sébastien Meyer (Centre Koyré)