Les jardiniers, ces « invisibles » du Jardin du roi

Les jardiniers, ces invisibles du Jardin du roi

« André Thouin (Agronome), Membre de l’Académie des Sciences. Professeur de culture au Jardin du Roi. Né à Paris le 10 Février 1747. Mort le 27 Octobre 1824 » Source : Muséum national d’histoire naturelle, direction des bibliothèques et de la documentation

Le Jardin du roi sans jardiniers n’aurait pas existé. Bien que leur présence soit indéniable au sein de l’institution, ils disparaissent de l’historiographie au profit des personnalités qui témoignent, par leurs archives et leurs publications, des missions scientifiques de l’institution.

Or, c’est oublier qu’une institution fonctionne aussi grâce à ceux qu’elle considère comme des seconds rôles. À la tête de cette communauté de l’ombre, se distingue un personnage André Thouin (1747-1824). Si les historiens le qualifient de naturaliste, le situant ainsi au rang des grandes figures, Thouin, en revanche, s’enorgueillit d’être fils et petit-fils de jardinier quand on le presse de se présenter à l’Académie des Sciences en 1786.

Thouin n’a que 17 ans quand Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788) le nomme jardinier en chef en 1764. Sous l’intendance de celui-ci, il étoffe et organise l’équipe de jardiniers pour répondre aux ambitions de Buffon qui entreprend une politique d’achat de terrains afin de faire du Jardin du roi le phare de tout le règne végétal.

Doté de la confiance indéfectible de l’intendant, Thouin réarrange les aires du jardin dont il attribue la gestion à ses jardiniers les plus talentueux, qu’il forme aux diverses techniques de jardinage et qu’il encourage à herboriser. C’est ainsi que Thouin établit, à l’aube de la fondation du Muséum, une hiérarchie parmi eux.

Jusque-là désignés comme « jardiniers extraordinaires » pour les différencier des ouvriers journaliers et des ouvriers terrassiers, ils deviennent garçons-jardiniers responsables des parties les plus importantes du jardin. En 1790, Jean-Baptiste Moreau (v. 1742- ?) est nommé à la tête de l’École de botanique. Louis Hurelle (v. 1750- ?) est chargé d’entretenir le jardin des couches ou des semis considéré comme la section essentielle du jardin où Thouin procède à des expérimentations. La pépinière, au sud du jardin, en lieu et place de l’ancienne école des arbres de Tournefort, est sous la responsabilité de Joseph François Macé (v. 1767- ?). Jean André Langlois (v. 1759- ?) se charge du bon entretien des parterres et de la butte. Joseph Martin (?- v. 1826), de retour de son voyage à l’Isle de France, se voit confier la conservation des plantes exotiques préservées dans les serres. Tous travaillent sous la responsabilité du maître-jardinier subordonné au jardinier en chef. Ce maître-jardinier n’est autre que Jean Thouin, le frère cadet d’André Thouin. Le 10 juin 1793, Jean Thouin occupe la place de « premier jardinier » du Muséum d’Histoire Naturelle tandis qu’André Thouin est titré professeur du premier cours de culture dont il est l’instigateur.

Laurence Lippi (EHESS)