Les empires de papier du Jardin du roi (vers. 1660-1830)

Perrault, Claude (1613-1688), Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, A Paris, de l’Imprimerie royale. M DC LXXI (source : BnF Gallica)

Dans sa quête enthousiaste des sources de la modernité occidentale, l’histoire des sciences positiviste avait tissé un lien étroit entre « révolution scientifique » et « révolution de l’imprimé » : les pratiques manuscrites se présentaient alors comme une relique de temps décidément « a-modernes » ou « prémodernes », un âge des « savants-scribes » révolu avec la diffusion implacable de l’imprimerie. Ces vues sont largement contestées depuis les années 1980 au moins, mais on s’est préoccupé plus de démanteler le mythe de la « culture de l’imprimé » qu’à rendre compte du dynamisme que les pratiques manuscrites ont conservé longtemps après la supposée « révolution de Gutenberg ». Or, dans l’histoire des savoirs de la période moderne, un monde vaste et varié de pratiques d’écriture « à la main » se cache sous la surface de la culture imprimée.

Statue de Gutenberg, bronze, David d’Angers, 1839. Guttenberg, debout près d’une presse d’imprimerie tient un parchemin sur lequel on lit « et la lumière fut », Strasbourg, place Gutenberg. Source : Coyau / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Les pratiques et artefacts manuscrits jouent un rôle particulièrement central dans le travail des naturalistes européens entre le milieu du XVIIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle. Prendre des notes, copier et abréger, lire « la plume à la main », couper et coller, arranger et mettre en archive : ce sont des gestes omniprésents dans l’entreprise de l’histoire naturelle. Qui était impliqué dans la fabrication, sur le terrain et dans le cabinet, de ces registres manuscrits à part les savants ? Les données manuscrites soigneusement collectées outre-mer et accumulées dans la métropole, étayaient-elles la capacité occidentale à exercer un contrôle d’un centre sur des périphéries ? Si les naturalistes consacraient tant de temps et d’efforts à la constitution de fonds manuscrits, quelle était la valeur de ceux-ci (valeur économique, socio-intellectuelle, voire politique) pour d’autres ?

À travers le cas du Jardin du roi et d’artefacts aussi trompeusement muets que des inventaires, catalogues, listes, cahiers d’extraits de lecture, notes de terrain à caractère technique ou étiquettes, j’essayerai dans cette présentation de montrer que la culture manuscrite a contribué de manière fondamentale à délimiter les contours, encore floues à cette époque, du champ de l’histoire naturelle et de l’identité social et intellectuelle du naturaliste.

José Beltrán (Centre Koyré)