Comment construire un muséum fin-de-siècle ? La galerie de paléontologie du Jardin des Plantes

Comment construire un muséum fin-de-siècle ? La galerie de paléontologie du Jardin des Plantes de Paris, ou quand le Muséum du futur était tourné vers son passé.

[Anonyme], « Le Muséum du Jardin des Plantes / Cette partie du Jardin des Plantes, à laquelle un nouveau et superbe local vient d’être affecté, est de création relativement moderne. […] [vue prise de la place Valhubert] », héliotype retouché, éditeur non id., BHVP, Fonds iconographique, Recueil « Jardin des Plantes (Paris) », fonds Charles-Félix Parent de Rosan (1798-1890), n°1-EST-01321, p.VI.

Durant le dernier tiers du XIXe siècle, la poussée de la compétition scientifique internationale, exacerbée par la guerre franco-prussienne, profita au Muséum de Paris qui connut alors la plus grande phase d’amélioration de ses équipements. Avec la centralisation des sciences dans la capitale, l’institution, reflet du progrès social de la nation, était investie d’un enjeu politique de première importance. La Galerie de paléontologie fut ainsi projetée immédiatement après l’érection quasi simultanée de quatre nouveaux muséums nationaux d’importance : ceux de Londres, Berlin, Vienne et – un peu à part – celui de New York. Le Muséum parisien bénéficia de ces modèles ainsi que des derniers développements des études évaluatives portant notamment sur la fonctionnalité des musées-bâtiments, ­ des meilleurs aménagements muséaux et des propos muséographiques les plus efficaces.

Le contexte de rivalité internationale, vivifiée par ces travaux d’envergure visant à comparer et classer les différents grands établissements nationaux, se manifeste au plus haut degré dans le grand projet muséal de la galerie de paléontologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie. En effet, après avoir analysé la valeur d’exemplarité des musées scientifiques nationaux, les professeurs-administrateurs du Muséum de Paris, appuyés par les gouvernements de la IIIe République, tentèrent de surpasser les grands modèles étrangers pour créer le muséum du futur. Le programme monumental, décoratif et muséographique mis en place dans la galerie éclaire la posture scientifique et institutionnelle défendue par le Muséum à la fin du siècle.

La Galerie de paléontologie, héritière du muséum du futur fut paradoxalement tournée en grande partie vers son passé et la recherche d’une identité historique qui lui permettrait d’affirmer une prééminence institutionnelle, patrimoniale, scientifique. De fait, la prise en compte de ces données appartenant à la culture scientifique permet de mieux appréhender la construction de l’identité du Muséum dans les années 1890-1900, et de révéler les éléments qui, pour les administrateurs, constituaient les particularismes de l’établissement et donc les ressorts permettant de valoriser cette identité. En se réappropriant son histoire, en s’attachant l’un des plus grands mouvements de pensée des dernières décennies, l’établissement tenta au tournant du siècle, de réécrire le bilan de cent ans d’histoire institutionnelle. Ce positionnement rétrospectif, en partie tourné vers la création d’une identité historique, se présenta comme un moyen privilégié permettant à l’établissement de rivaliser avec les grands muséums occidentaux.

Olivier Vayron