“Sans jamais tenir lieu de dessin” : confrontation et complémentarité de la photographie et du dessin naturalistes au Muséum (1840-1880)

Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 250 × 175 mm, © Muséum national d’histoire naturelle.
Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 250 × 175 mm, © Muséum national d’histoire naturelle.

Si le rôle du dessin dans la démarche de l’histoire naturelle est relativement bien identifié, en premier lieu au travers de la célèbre collection des vélins du roi, l’emploi de la photographie scientifique dans le cadre de certaines disciplines enseignées au Muséum est peu connu.

Pourtant, zoologie, anatomie comparée, physiologie végétale, voire minéralogie ne s’en sont pas privées pour leurs travaux d’observation et d’expérimentation. La photographie y est alors perçue comme un instrument dont la fidélité de représentation atteint une perfection jusqu’alors inconnue : les naturalistes verraient-ils en elle la mort de ce dessin si peu objectif ?

Loin d’être aussi simple qu’un renouvellement d’une technique iconographique traditionnelle par une autre plus moderne, la photographie émergente nous invite à approcher sous un jour nouveau la place de l’image dans le travail du naturaliste.

En un siècle qui voit en même temps l’invention de la photographie et le triomphe du dessin naturaliste, les liens complexes entre ces deux types de techniques interrogent les rapports de hiérarchie socio-professionnelle qui régissent cet établissement, comme les voies nouvelles que prennent les sciences naturalistes, tiraillées entre exigence d’objectivité et subjectivité de l’œil et de la main du dessinateur, du photographe et du naturaliste professionnel. 

Lisa Lafontaine (archiviste-paléographe, doctorante en histoire des sciences à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Bibliographie indicative :

Challine, É. (2017). Une histoire contrariée : le musée de photographie en France (1839-1945). Éditions Macula.

Fieschi, C. (2008). Photographier les plantes au XIXe siècle, la photographie dans les livres de botanique. CTHS Sciences.

Fieschi, C. (2009). La photographie au laboratoire : installations et équipements photographiques dans les laboratoires scientifiques en France au XIXe siècle (v. 1860-v. 1910)Bibliothèque de l’École des chartes167(1), 103–132.

Lafontaine, L. (2021). Le naturel inimitable: les origines de la photographie au Muséum national d’histoire naturelle (1840-1880) [Thèse d’école]. École nationale des chartes.

Lafontaine, L. (2020). Les archives discrètes. Entrevoir la pratique photographique au Muséum national d’histoire naturellePhotographica1, 59–77.

Lafontaine, L. (2020, October 15). L’ère des aides-naturalistes : Scientifiques professionnels et amateurs photographes, les opérateurs internes du Muséum national d’histoire naturelle entre 1840 et 1865 [Présentation de journée d’étude filmée]. « Il y a amateur et amateur : Amateurs photographes et amateurismes scientifiques (1850-1950) », par Viraben, H., Le Mans Université, MSH.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (13 septembre 2021). “Sans jamais tenir lieu de dessin” : confrontation et complémentarité de la photographie et du dessin naturalistes au Muséum (1840-1880). Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shbs