Défendre « l’action du milieu » au Muséum : la trajectoire de Julien-Noël Costantin entre réseaux familiaux et enjeux coloniaux (1884-1932)

Georges Canguilhem, “Le vivant et son milieu”, in La connaissance de la vie, Paris, Librairie Hachette, coll. Science et Pensée, 1952, pp. 160-193.

L’article de G. Canguilhem « Le vivant et son milieu » (1952) propose une grandiose généalogie de la notion de milieu, de Newton aux behavioristes. La fresque est loin d’être axiologiquement neutre : face à l’appréhension mécaniste et menaçante du milieu, Canguilhem défend une définition soucieuse de la singularité des milieux propres à chaque espèce et de leur irréductible normativité. Bien plus que Lamarck qui échappe au discrédit, ce sont les néo-lamarckiens qui, avec les behavioristes, sont les plus fermement dénoncés. Opposant leur mécanisme au « vitalisme nu » de Lamarck, il ajoute même que « le terme (de milieu) pris comme universel, comme abstrait, leur est transmis par Taine », véritable bête noire de Canguilhem tout au long de sa carrière. Leur faute est grave : les « néo-lamarckiens français » n’auraient retenu « des caractères morphologiques et des fonctions du vivant que leur formation par le conditionnement extérieur et pour ainsi dire par déformation. Il suffit de rappeler les expériences de Costantin sur les formes de la feuille de sagittaire ».

Face à cette véhémente critique, l’objectif de cette communication sera de tenter de revenir sur la trajectoire de Julien-Noël Costantin (1857-1936), promoteur de l’explication des transformations végétales par le milieu et dont la carrière fut intimement associée au Muséum : comme aide naturaliste (1884-1887), professeur à la chaire de culture (1901-1919) puis de botanique (1919-1932). Réseaux familiaux et enjeux coloniaux semblent avoir favorisé une carrière promouvant « l’action du milieu ».

Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Koyré)