Représenter l’homme fossile : la préhistoire en peinture dans le Caïn de Cormon et dans son décor pour l’amphithéâtre de paléontologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie

Esquisse pour le plafond de l’amphithéâtre de paléontologie du Muséum d’histoire naturelle de Paris : Les Races humaines (Plafond). Cormon, Fernand (Fernand-Anne Piestre, dit) , Peintre. PDUT1396, CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais

Au XIXe siècle, les idées nouvelles, le développement de la pensée positiviste et scientifique, les ouvrages de Darwin et les résultats des fouilles archéologiques et paléontologiques ne sont pas restés sans incidences sur la représentation des premiers hommes, dès lors que la question des origines de l’homme se trouve posée en d’autres termes que par le passé. Des réalisations artistiques en témoignent telles que les peintures de Fernand Cormon. Dans une tentative de renouvellement du grand genre historique, Cormon tient compte des acquis nouveaux de la science. Son Caïn ainsi que son décor pour l’amphithéâtre de la galerie de paléontologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie du Muséum national d’Histoire naturelle sont l’expression de la complexité des sources dont se nourrit le grand genre dans la seconde moitié du siècle.

Chang-ming PENG (Université de Lille, IRHIS)