Documents, témoins ou éléments d’un discours ? Réflexions sur les objets et les choses dans les musées contemporains

Musée d’ethnographie du Trocadéro ; Salle de la France (1895)

L’histoire des musées s’est écrite et s’écrit encore à partir de catégorisations fondées sur la distinction entre disciplines du savoir et modes d’appréhension du monde. Les musées des sciences et des techniques, les musées d’histoire naturelle, les musées d’archéologie et d’histoire, les musées d’ethnographie et de société, les musées de civilisation et les écomusées ont tous construit leur discours en mobilisant des objets produits par l’homme et des choses dites naturelles.

La frontière entre nature et culture, centrale pour l’anthropologie, passe par des classifications distinguant les éléments des différentes collections en fonction de critères variables selon les sociétés et les époques. Les statuts des objets et des choses comme leur fonction pédagogique et didactique dépendent traditionnellement du type de musée qui les expose. Les évolutions de la muséologie redistribuent régulièrement les cartes et les rôles, remettent en jeu les frontières et les catégories au point qu’il est possible désormais de douter de la pertinence des distinctions traditionnelles entre les différents musées.

A partir d’exemples principalement français et d’observations pluridisciplinaires de musées de société, de musées d’ethnographie et de musées de sciences, on se proposera de réfléchir au rôle des objets et des choses dans un monde muséal contemporain profondément remodelé ces dernières années. Davantage qu’un panorama historique ou qu’un état des lieux critique, il s’agira de soumettre à la discussion quelques réflexions théoriques et épistémologiques sur ce que les musées font dire et font faire aux objets.

Thierry Bonnot (CNRS, IRIS)