Civilisation des bêtes. Les débats sur la domestication des animaux au Jardin des Plantes au XIXe siècle

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861)

L’ouverture de la ménagerie du Jardin des Plantes offre à plusieurs savants l’occasion d’observer les mœurs des animaux et d’en étudier les transformations. Ce qui surtout attire leur attention est la familiarisation des animaux sauvages et exotiques avec l’homme et le processus d'”adoucissement des mœurs” qui les conduit à la domesticité. Frédéric Cuvier et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire développent à ce propos des théories qui expliquent différemment l’origine et les conditions de possibilité du passage de la sauvagerie à la domesticité. La domestication des animaux est en ce sens mise en relation étroite avec le processus de civilisation des êtres humains, ce qui fera l’objet d’intéressants débats entre naturalistes, historiens et anthropologues à partir des années 1830.

Acclimatation Tableau représentant les Animaux, quadrupèdes, oiseaux, poissons, insectes, – Arbres, fruits et végétaux, propagés par la Société impériale d’Acclimatation (1854)

La domestication devient de fait un point de convergence entre histoire naturelle et histoire civile : non seulement les animaux rentrent à ce moment dans l’histoire civile de l’homme, mais les êtres humains eux-mêmes semblent sortir de leur condition animale en abandonnant les mœurs prédatrices à la faveur de cette forme d’appropriation douce et durable des autres espèces qui prend le nom de domestication. C’est à travers cette “civilisation des bêtes”, comme l’appelait en 1792 Bernardin de Saint-Pierre, que les hommes parviennent à se civiliser eux-mêmes.

Benedetta Piazzesi (IHMC, IISF)

Benedetta Piazzesi est docteure en Philosophie (École Normale Supérieure de Pise). Elle est actuellement rattachée à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) et à l’Istituto Italiano di Studi Filosofici de Naples (IISF) où elle mène une recherche sur l’histoire du concept de domestication.