Loin de Paris : Les muséums d’histoire naturelle de province au XIXe siècle

L’histoire des muséums français de province est souvent lue à l’aune de celle du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Cette lecture induit un regard qui compare et hiérarchise deux catégories de musées : le musée parisien et le musée provincial. Le premier est érigé comme

Projet architectural pour le muséum de Nantes, par Bourgerel, 1866. Archives Municipales de Nantes, 1Fi33.

modèle pour le second, qui apparaît alors son extension toujours imparfaites.

Il est pourtant possible de questionner la prévalence du modèle parisien sur les muséums en retournant la perspective et en partant de province, notamment les cas lyonnais, nantais et toulousain, de la période révolutionnaire jusque vers les années 1870. L’étude des musées du point de vue de leur quotidien permet de mettre en lumière la façon dont ils résultent de processus d’occupation et d’appropriation des espaces savants, sociaux et politiques de la ville.

Issue d’une thèse de doctorat soutenue en 2019, cette communication s’arrêtera plus particulièrement sur les relations complexes entretenues, depuis la province, avec Paris et le Muséum national. Le gouvernement des musées et leur règlementation, les processus de collecte, d’acquisition et de mises en collection des objets et spécimens, mais aussi les productions et collaborations savantes participent à des relations “Province-Paris” ambivalentes, mais qui dépassent une simple rivalité ou concurrence. Contrastant avec des représentations d’une science immuable dans des espaces neutres et parfaitement maîtrisés, l’histoire des relations entre muséums révèlent leur nature négociée et éminemment située.

Déborah Dubald (Université de Strasbourg)

Déborah Dubald est chercheuse postdoctorale à l’université de Strasbourg dans le cadre du projet FNS Sinergia Neverending diseases. Titulaire d’un doctorat en Histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence, ses recherches portent sur l’histoire matérielles des sciences, les pratiques et cultures naturalistes au XIXe siècle, et plus généralement sur l’histoire des relations entre nature et sociétés. Elle travaille actuellement sur l’usage des collections scientifiques comme sources de l’histoire environnementale ainsi qu’à la publication de sa thèse.

Dubald Déborah, Capital Nature. A history of French municipal museums of natural history, 1795-1870, Florence : European University Institute, 2019 , EUI PhD theses, Department of History and Civilization, 2019

Dubald Déborah, « Savante bureaucratie : le Journal de Jourdan (1854‑1868) et l’administration quotidienne du Muséum de Lyon », Revue d’histoire du XIXe siècle, nᵒ 64, Société d’histoire de la révolution de 1848, 2022, p. 191-205