Écrire l’histoire environnementale du Jardin du Roi (1626-1789)

Jardin du Roy. La nouvelle serre prise du Jardin de Botanique (1794), dessin de Jean-Baptiste Hilair (1753-1822?) [gallica.fr]

C’est à Guy de La Brosse que revint la création d’un « jardin royal de culture des plantes médicinales » en 1625. Si à ses origines, le Jardin du Roi ne semblait guère se différencier des traditionnels jardins d’apothicaires, il se démarqua progressivement de ses fonctions purement curatives.

Dès la fin du XVIIe siècle, il devint un lieu central pour l’étude de la botanique, dont les champs d’investigation s’affranchirent de plus en plus de la stricte utilité médicale, pour embrasser les préoccupations de l’histoire naturelle.

Le cèdre du Jardin du Roy (1794), dessin de Jean-Baptiste Hilair (1753-1822?) [gallica.fr]

Si l’histoire savante du lieu a déjà été retracée par l’historiographie, son histoire environnementale reste encore à écrire. De la circulation des combustibles à l’approvisionnement des serres, des menaces que représentent les premières pollutions industrielles pour l’établissement à la réflexion que mènent les naturalistes sur la conservation des plantes et de la nature, le Jardin du Roi est, indéniablement, au cœur des transformations environnementales de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Jan Synowiecki (université de Caen)

Synowiecki Jan, “La serre, le naturaliste et le climat : conservation des plantes et politique de la nature au Jardin du Roi (1714-1789)”, Dix-huitième siècle, vol. 54, no. 1, 2022, pp. 303-314.