Entre complémentarité et concurrence : les collections et enseignements de minéralogie de l’École des mines de Paris et du Muséum national (XVIIIe-XIXe siècle)

Promenades au Jardin des plantes, à la ménagerie et dans les galeries du Muséum d’histoire naturelle. T. 1, Jardins, serres, etc., parcs, ménageries, salle du règne végétal, galerie des minéraux, salle des fossiles / , contenant des notions claires, et à la portée des gens du monde, sur les végétaux, les animaux et les minéraux les plus curieux et les plus utiles de cet établissement… Par J.-B. Pujoulx (1803)

Cette communication propose une analyse croisée de l’histoire des collections de minéralogie de l’École des Mines de Paris et du Muséum lors du tournant révolutionnaire, quand les deux collections sont en train d’être réorganisées, dans le cadre de la naissance même des musées nationaux et de l’émergence d’une conscience patrimoniale en France.

Le collections de l’École des Mines, depuis sa fondation en 1783, connaissent une histoire marquée par de nombreux bouleversements administratifs : tout au long de cette histoire, le Jardin du Roi, puis Muséum national, s’impose tout naturellement comme terme de comparaison incontournable. Perçu d’abord comme un « rival » par le fondateur de l’École B.-G. Sage, après la Révolution les échanges entre les deux institutions se multiplient. Un cas emblématique est celui du minéralogiste R.-J. Haüy, professeur et conservateur des collections d’abord à l’École des Mines puis, à partir de 1802, au Muséum.

Notre communication étudiera, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des exemples ponctuels qui mettent en comparaison les choix d’agencements des deux collections (le mobilier, l’éclairage, etc.), l’œuvre de leurs conservateurs – nouvelles figures professionnelles – ainsi que la place accordée à l’esthétique de l’agencement et la manière dont elle influence la fréquentation publique des collections et les pratiques de la visite. Seront pris en compte, en guise de conclusion, les décors peints des deux établissements au cours du XIXe siècle, dans le cadre de la construction de la galerie de minéralogie du Muséum et de la constitution d’un véritable musée de minéralogie à l’École des Mines.

Par une analyse qui mobilise les méthodes de l’histoire de l’art et de celle des sciences, le but est d’étudier les caractéristiques des collections de minéralogie à ce moment clé pour l’histoire du collectionnisme, en prenant en compte les deux recueils publics les plus importants de la capitale, dont l’étude croisée révèle les spécificités respectives, les points communs et superpositions des pratiques.

Maddalena Napolitani

Bibliographie indicative :

Laboulais, Isabelle, “Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des Mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration“, Source(s), nº 2, 2013, p. 61-80.

Lacour, Pierre-Yves, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804), Paris, Muséum d’histoire naturelle, 2014.

Moret, Anton, La présentation des collections de minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle. Du cabinet d’histoire naturelle du Jardin du Roi à la Galerie de Minéralogie et de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle, de 1739 à 1893, mémoire de l’École du Louvre, deuxième cycle, sous la direction de François Mairesse, mémoire soutenu en 2014.

Napolitani, Maddalena « Un musée de minéraux à l’École des Mines de Pari », dans Poulot, Dominique (dir.), L’effet musée. Objets, pratiques et cultures, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022, p. 195-214.

Pujoulx, Jean-Baptiste, La minéralogie à l’usage des gens du monde, Paris, Lepetit, 1813.

Pujoulx, Jean-Baptiste, Promenades au Jardin des plantes, Paris, Librairie économique, 1813.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (30 septembre 2022). Entre complémentarité et concurrence : les collections et enseignements de minéralogie de l’École des mines de Paris et du Muséum national (XVIIIe-XIXe siècle). Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shc9