L’invention de l’homme “anatomiquement moderne”. Retour sur les interprétations changeantes de  Cro-Magnon au XIXe siècle

Louis Lartet, “Mémoire sur une sépulture des anciens troglodytes du Périgord, Annales des sciences naturelles, 1868

Fleuron remarqué des collections anthropologiques du Muséum, l’homme de Cro-Magnon est maintenant célébré comme l’archétype de la “modernité” physique et culturelle de notre espèce, un autre “nous-mêmes” et le point d’aboutissement du processus évolutionnaire. Mais cette conception désormais dominante contraste en tout point avec la perplexité des premiers anatomistes qui étudièrent ses restes osseux dès leur découverte en 1868 dans un abri sous roche des Eyzies. Pour eux, le “Troglodyte de la Vézère” comme il fut dénommé, ne s’apparentait nullement aux populations actuelles. Il illustrait plutôt un type humain sui generis, irrémédiablement disparu et procédant d’une mosaïque de caractères contradictoires et déroutants. Dans une querelle récurrente portant sur l’ethnogénie du peuplement européen, l’ancêtre présumé ne fut pas reconnu. C’est pourtant au Jardin des Plantes que, dès le milieu des années 1870, Armand de Quatrefages, Ernest Hamy et René Verneau — respectivement professeur d’anthropologie, aide-naturaliste et préparateur — ont intégré la “race de Cro-Magnon” dans un lignage significatif pour l’humanité présente. Ce conflit des interprétations sera au coeur de l’exposé.

Claude Blanckaert

(UMR 8560 Centre Koyré)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (1 mai 2023). L’invention de l’homme “anatomiquement moderne”. Retour sur les interprétations changeantes de  Cro-Magnon au XIXe siècle. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shce