Du Garde-Meuble de la Couronne au jardin du Roi, ou l’art au service des sciences naturelles

Plateau de marqueterie de pierres dures, Florence, 1er quart du XVIIe siècle, no 339 du mobilier royal, dans le cabinet du Conseil puis, en 1787, dans les magasins du château de Compiègne, déposé au Muséum national d’histoire naturelle en 1800, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, A 97.

En 1742, à la demande du comte de Buffon, le Garde-Meuble de la Couronne déposa au jardin du Roi des objets, puis en 1748 des tables et des cabinets ornés de marqueteries de pierres dures non employés dans les résidences royales.

Le dernier dépôt eut lieu en 1800, composé de vases de pierres dures des collections royales nationalisées. Ces dépôts et l’évolution de leur contenu témoignaient du changement de sensibilité envers ces pièces, autour desquelles se disputaient valeur esthétique et intérêt scientifique pour la minéralogie, science alors très à la mode et en plein développement.

L’étude de ces dépôts permettra d’appréhender quel fut le critère dominant, esthétique ou scientifique, selon les époques qui motiva le dépôt de ces objets, et pourquoi.

Stéphane Castellucio (CNRS, Sorbonne Université, Centre André Chastel)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (18 août 2023). Du Garde-Meuble de la Couronne au jardin du Roi, ou l’art au service des sciences naturelles. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shcg