Les expositions du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme dans l’essor des études ethnologiques

Ce que le renouveau muséographique de l’entre-deux-guerres fit au “programme d’avenir” de l’ethnologie : la part des expositions du Musée d’Ethnographie du Trocadéro et du Musée de l’Homme dans l’essor des études ethnologiques (1928-1947)

Le “programme d’avenir” pour le développement de l’ethnologie, rédigé par Paul Rivet à l’occasion de sa candidature à la chaire d’anthropologie du Muséum, prévoyait entre autres de “moderniser la présentation [des] collections, [de] les rendre plus attrayantes et plus instructives pour le public”. L’objectif était aussi de donner une visibilité à sa conception de l’ethnologie.

Le rattachement du musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET) au Muséum national d’histoire naturelle et le recrutement de Georges Henri Rivière permirent d’adosser la réorganisation du MET au renouveau muséographique alors également en cours d’élaboration au sein de l’Office international des Musées. Pour le public, l’un des aspects les plus visibles fut la multiplication des expositions temporaires et le changement des modalités de présentation des objets. Mais ce choix configurait également le travail interne au sein du musée, d’Ethnographie d’abord du musée de l’Homme ensuite.

Les galeries du musée de l’Homme, ouvert en 1938, soit une décennie après la formulation de son programme, illustraient la conception de l’ethnologie de Rivet mais étaient-elles encore représentatives de l’ethnologie qui se faisait ? Quelle avait été l’influence des enseignements de Marcel Mauss ? Quel avenir se présentait désormais au “temple de l’Homme” ?

Le MET, le musée de l’Homme et leur rôle dans le développement des sciences anthropologiques ont fait l’objet de plusieurs études historiographiques. Les expositions y ont leur place, tout en étant essentiellement abordées sous l’angle communicationnel.

La recherche, restituée ici, a pris pour objet d’étude les soixante-et-une expositions temporaires et les aménagements des galeries permanentes, qui ont jalonnées les deux décennies de transformation de l’ethnologie.

L’analyse, diachronique et synchronique, s’est attachée à documenter plusieurs questions dont le rôle de la fabrique des expositions dans l’émergence et l’organisation du travail d’une communauté scientifique, l’articulation des fonctions savantes et muséales (le fonctionnement du musée-laboratoire), la construction d’une visibilité pour l’ethnologie et les transformations de celle-ci.

Anne Loyau (IREL-EPHE)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (21 août 2023). Les expositions du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme dans l’essor des études ethnologiques. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shci


Une réflexion sur « Les expositions du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme dans l’essor des études ethnologiques »

Les commentaires sont fermés.