L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum

Galeries de paléontologie et d’anthropologie, photographie Pierre Petit, Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

Dans les précieuses collections du Muséum se trouvent les fossiles trouvés en 1868 dans l’abri de Cro Magnon. Ceux-ci servirent à décrire la « race de Cromagnon », soit l’espèce Homo sapiens, et tiennent ainsi une place marquante de l’histoire de la paléoanthropologie.  Mais la découverte en cache une autre : le fossile n°2 (la femme) comporte une large blessure à la limite du frontal et du temporal droit. Paul Broca vient l’analyser. Il conclut à une blessure intentionnelle, qui entrainera la mort ; de ce geste, il déduit que cette société préhistorique était intrinsèquement violente.

La guerre entre ainsi avec fracas dans la liste déjà longue des sujets de l’anthropologie scientifique naissante. Pendant un siècle et demi, le cheminement de la science va être lent, tortueux et sujet à rebondissements, pour répondre aux questions que soulevaient les traces de violence interhumaine mises au jour par les archéologues.

Cette présentation ira donc de ce premier fossile aux plus récentes découvertes africaines et enfin aux résultats encore provisoires de la science sur la question controversée de l’origine de la guerre.

Jean-Claude Favin Lévêque (UMR 7194 HNHP)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (14 septembre 2023). L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shcm


Une réflexion sur « L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum »

Les commentaires sont fermés.