Une histoire matérielle de la réception du préhistorique indochinois entre Trocadéro et Muséum (1898-1935)

Reconnue en Europe occidentale, la préhistoire en tant que discipline scientifique se fonde sur des concepts, méthodes et référents eurocentrés. En Asie du Sud-Est, la découverte d’industries préhistoriques déviant fortement des chronotypologies connues, a impliqué un processus d’accommodement et d’adaptation du modèle européen. Les travaux du Service géologique de l’Indochine et de l’École française d’Extrême-Orient durant les premières décennies du XXe siècle participent de ce mouvement. Ils ne sont pas restés sans écho en métropole, particulièrement chez les anthropologues et ethnologues gravitant entre le Trocadéro et le laboratoire d’Anthropologie du Muséum. Les collections paléoanthropologiques et culturelles participant à leur réception dans ce milieu ont fait l’objet de diverses appropriations que nous proposons d’examiner. Elles cristallisent des tensions inter- et intra-institutionnelles, sont l’objet de velléités politiques entre professeurs du Muséum et incarnent les enjeux de délimitation de l’ethnologie portée par Paul Rivet durant l’entre-deux guerres. Cette communication tentera de croiser une étude au plus proche des collections encore conservées au Musée de l’Homme avec les échelles plus variées des acteurs et actrices, institutions et administration coloniale.

Adèle Chevalier (MNHN)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
objethistoire (14 décembre 2023). Une histoire matérielle de la réception du préhistorique indochinois entre Trocadéro et Muséum (1898-1935). Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/shcp