L’anatomie humaine au Jardin du roi, un enseignement politique (XVIIe-XVIIIe siècle)

Edit dissociant la charge de Premier médecin du Roi de la charge de Surintendant
Edit dissociant la charge de Premier médecin du Roi de la charge de Surintendant. Source : gallica.bnf.fr

L’anatomie humaine au Jardin du roi, un enseignement politique (XVIIe-XVIIIe siècle)

Depuis sa création et pendant au moins tout le XVIIe siècle, le Jardin royal des plantes médicinales fait partie des « batailles de Paris » livrées, notamment, par la Faculté de médecine. Ces batailles sont à la fois doctrinales, institutionnelles et politiques. Le Jardin défie le monopole de l’enseignement que la Faculté entend préserver, intègre des doctrines que nombre de docteurs-régents parisiens rejettent, met en tension les rapports que l’École de la rue de la Bûcherie entretient avec le premier médecin du roi. Si les enjeux concernant l’enseignement de la botanique sont certes au cœur des conflits, en particulier au cours des premières décennies d’existence du Jardin, les démonstrations d’anatomie n’en font pas moins l’objet de rapports de force. La nature, les modalités, le contenu et les responsables de l’enseignement de l’anatomie au Jardin du roi ne cessent d’être, jusqu’à la première moitié du XVIIIe siècle, un des vecteurs de la volonté du pouvoir royal, incarné par le premier médecin, d’exercer une influence de poids sur les choix doctrinaux et thérapeutiques de la Faculté de Paris. Aussi le Jardin est-il devenu, avec la Faculté, le Collège royal et l’Académie des sciences, un des principaux lieux de l’anatomie à Paris. Une « anatomie d’État », qui a réussi à s’imposer en concurrente de celle des Écoles, tout en passant des compromis avec les docteurs-régents.

Rafaël Mandressi
CNRS, Centre Alexandre Koyré

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.