L’ethnomusicologie au Musée de l’Homme. Autonomisation et spécificités épistémologiques

 La vitrine des instruments de musique dans la salle d'exposition permanente consacrée à l'Europe au musée de l'Homme dans les années 1970. Paris, Archives du Muséum national d'histoire naturelle. © MNHN
La vitrine des instruments de musique dans la salle d’exposition permanente consacrée à l’Europe au musée de l’Homme dans les années 1970 © MNHN 

L’ethnomusicologie désigne globalement l’étude des musiques considérées comme exotiques, mais, dans le cadre de l’histoire des sciences, il convient de préciser cette définition en restituant à ce domaine de savoir toute son historicité. En France, l’ethnomusicologie s’est institutionnalisée pour la première fois au Musée d’ethnographie du Trocadéro (1929). L’histoire du département d’ethnomusicologie (et de ses différentes appellations), depuis cette année jusqu’aux lendemains de la fondation, en son sein, d’une formation de recherche du CNRS (1968), est l’occasion de s’interroger sur les parts respectives et changeantes d’une forme de dépendance de l’ethnomusicologie à certaines orientations dominantes au Musée de l’Homme et par ailleurs de ses spécificités. Il s’agit ainsi de se prononcer sur le degré d’une progressive autonomisation.

Brice Gérard

Histoire de l'ethno-musicologie en France (1929-1961)
Histoire de l’ethno-musicologie en France (1929-1961)

Brice Gérard, Histoire de l’ethnomusicologie en France (1929-1961), coll. “Histoire des Sciences Humaines”, Paris, L’Harmattan, 2014, 372 p.