Regards sur la muséologie de la collection nord-américaine d’objets ethnographiques du Cabinet de Sérent

Histoire et description générale de la Nouvelle France, Paris, Collin, 1744.
Histoire et description générale de la Nouvelle France, Paris, Collin, 1744.

La collection d’objets ethnographiques nord-américains du Cabinet du Marquis de Sérent compte parmi les plus anciennes d’Europe de l’Ouest. En provenance de la Nouvelle-France, elle constitue partiellement les collections dites « royales » aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly. Cette collection est issue d’une sélection d’objets du Cabinet d’Histoire naturelle du Palais national de Versailles, premier cabinet de sciences naturelles postrévolutionnaire installé dans l’ancien Palais royal. D’origine privée, le cabinet est alors constitué par différents acteurs du réseau de la Marine française du XVIIIe siècle. L’appui de la France apporté aux insurgés américains dès 1778 ainsi que l’établissement du Cercle des Philadelphes (première et dernière Académie de sciences en Amérique française sous l’Ancien régime) en 1784, favorise l’importation d’artefacts des Premières Nations. Durant la dernière décennie du XVIIIe siècle, ils sont donnés à voir publiquement au Château de Versailles. En 1805, les objets ethnographiques de la collection de sciences naturelles sont aliénés lors de la fermeture des Écoles centrales jusqu’alors dédiées à l’Instruction publique. Ils sont ensuite envoyés à la Bibliothèque Municipale de Versailles afin d’agrémenter les collections de manuscrits, de cartes et autres objets d’étude géographique parmi lesquelles ils demeurent conservés jusqu’en 1934.

À Paris, le Musée d’ethnographie du Trocadéro est en voie d’être redéfini. Ses acteurs, et notamment Georges-Henri Rivière, négocient la propriété puis le transport de ces objets au sein des réserves du futur Musée de l’Homme. La valorisation de ses artefacts uniques tant par leur ancienneté que par leur état de conservation est développée au gré des évolutions muséographiques de l’institution. En 1974, la scénographie des salles d’exposition d’Amériques est repensée afin de souligner l’anniversaire de l’Indépendance américaine dans une nouvelle perspective de présentation des objets ethnographiques d’Amérique du Nord. Suite aux Grands travaux de l’État, on inaugure le nouvel aménagement de la galerie « Amériques » qui permet de présenter en 1992 l’exposition des objets de Sérent dans « À la rencontre des Amériques, De l’Alaska à la Terre de feu ». Le public est convié afin de participer à la commémoration nationale du cinquième centenaire de la Rencontre des deux mondes.

L’étude de ces biens culturels autochtones au sein du Musée de l’Homme permet d’ouvrir d’autres regards sur les communautés amérindiennes contemporaines et contribue ainsi à l’épanouissement d’une vision scientifique postcoloniale à travers l’analyse de ces anciennes collections ethnographiques d’Amérique française.

Vanessa Ferey

 

Pour aller plus loin :

Charles-Marius Barbeau et l’étude des collections ethnographiques franco-américaines d’Europe de l’Ouest (1931-1956)

Par Vanessa Ferey (Université Sorbonne Nouvelle).

Article paru dans Rabaska. Revue d’ethnologie de l’Amérique française, éditée par la Société québécoise d’ethnologie, vol. 12, 2014, pp. 89-107

Directeur et rédacteur en chef : Jean-Pierre Pichette (directeur)

Résumé : Cette note est issue de recherches menées sur les archives du fonds Marius Barbeau préservées au Musée canadien de l’histoire. Les travaux du folkloriste québécois menés à partir de 1931 au Musée d’ethnographie du Trocadéro participent à l’actualisation des connaissances d’une partie des collections françaises issues de ses anciennes colonies d’Amérique du Nord. Grâce à sa vive collaboration avec le muséologue français Georges-Henri Rivière, le musée parisien est désormais en mesure de valoriser une culture matérielle méconnue en prévision de l’inauguration du Musée de l’Homme en 1937. Malgré une retraite prise en 1948, l’infatigable Marius Barbeau entretient une correspondance scientifique avec Georges-Henri Rivière et revient à Paris en 1953. Il analyse ainsi plusieurs collections amérindiennes dont les résultats apportent un nouveau regard sur le patrimoine franco-américain des musées d’Europe de l’Ouest.
 

Charles-Marius Barbeau and the study of Franco-American ethnographic collections of Western Europe (1931-1956)

This research note is based on research conducted in the archives of the Marius Barbeau fund preserved at the Canadian Museum of History. The work conducted by the Québec folklorist starting in 1931 at the Musée d’ethnographie du Trocadéro helped to update the knowledge of some of the French collections stemming from its former North American colonies. Due to its ardent collaboration with the French museum specialist Georges-Henri Rivière, the Paris museum was then able to valorize a material culture, unknown until that point, in preparation for the opening of the Musée de l’Homme in 1937. Despite retiring in 1948, the indefatigable Marius Barbeau maintained a scientific correspondence with Georges-Henri Rivière and returned to Paris in 1953. He analyzed several Native American collections, the results shedding new light on the Franco-American heritage in Western European museums.

Rabaska-12-Bon-dépliant 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.