Réceptions de Buffon dans les Lumières écossaises

An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789
An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789

L’historiographie, dans les dernières années, a souligné l’originalité et l’importance des Lumières écossaises dans l’établissement d’une nouvelle conception de l’histoire : avec Adam Smith et le mainstream des philosophes écossais, celle-ci abandonnait la narration traditionnelle des événements politiques pour s’attacher à l’étude du développement social de l’humanité à travers le franchissement des stades socio-économiques, depuis la sauvagerie primitive jusqu’à la société commerciale moderne. Restent cependant encore à interroger les liens entre cette conception progressive de l’histoire de la société civile et l’histoire naturelle de l’homme, ainsi que les classifications du monde naturel qui s’y développent.

Mon propos vise à suivre la trace des lectures écossaises de l’Histoire naturelle de Buffon à partir d’une hypothèse qui sous-tend cette recherche, à savoir le rôle déterminant de cette œuvre dans l’élaboration, par les Lumières écossaises, de la relation entre « homme naturel » et « homme historique ». Je voudrais mettre en lumière le rapport conflictuel qui s’établit, au plan conceptuel, entre la nouvelle « histoire naturelle de l’humanité », entendue comme histoire des hommes en société et comparaison des groupes humains dans leurs contextes historiques propres, et la naissante « histoire naturelle de l’homme », qui étudie l’être humain comme appartenant au monde naturel, au même titre que tous les autres animaux. La question de la différence entre homme et animal, relancée par le texte subtil et provocateur de Rousseau, le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, est au cœur de cette réflexion, dans la mesure où le philosophe genevois formule l’hypothèse de l’orang-outang comme homme sauvage des origines. Buffon, dans sa polémique avec Linné, cherche à attribuer au monde naturel un dynamisme basé sur la notion, nouvelle, d’espèce, au sein de laquelle il élabore un concept de « race » qui conjugue « nature » et « histoire ». La polémique ouverte par l’idée rousseauiste d’état naturel invite les Écossais à chercher, dans la définition de l’homme par Buffon, les ressources de leur propre conception. Cette définition de l’humain, qu’on cherchera à préciser dans le cadre de cette réflexion, est à la base du principe énoncé par Ferguson en ouverture de son History of Civil Society : les hommes ont toujours vécu en société.

Silvia Sebastiani


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.