« Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ? » Présentation de la communication de F. Grognet

Trocadero 1932Présentation de Fabrice Grognet et de sa communication « Du Trocadéro au Jardin des Plantes, de 1878 à 1938 : le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ? Entre ruptures et ajustements »

Nous avions souhaité consacrer une séance de ce séminaire à interroger les relations, voire les tensions, entre la maison mère, le Muséum, et ses composantes.

Cette question ne relève pas seulement de l’histoire ou de la sociologie des institutions scientifiques, les grands équilibres internes et externes, mais aussi des positionnements disciplinaires du Muséum.

En effet, la création ou l’adjonction d’établissements est un acte politique, un acte de politique scientifique. Elles relèvent, dans une proportion qu’il conviendrait de définir au cas par cas, tout autant de l’affirmation de l’identité scientifique globale du Muséum que de choix opportunistes faits par l’Assemblée des professeurs.

Les conditions mêmes de la création de ces composantes ou de leur agrégation à la structure princeps qu’est le Jardin des Plantes ont pu déterminer leur capacité à trouver leur place dans le Muséum.

De même, lorsque ces établissements ont réussi à se construire une identité très forte, l’une des conséquences a parfois été que certains acteurs et observateurs ont pu oublier la relation intime, organique, qui unissait le Muséum avec tel ou tel établissement. Quelquefois des désirs d’indépendance ou au moins d’une plus forte autonomie ont pu s’exprimer.

Dans cette perspective d’étude des interactions entre le Muséum et ses composantes, nous aurions pu interroger le cas du Parc zoologique, qui est au choix de Vincennes ou Paris mais bien du Muséum. Peut-être le ferons-nous lors d’une prochaine séance.

Ce soir nous avons choisi de nous pencher sur le cas du Palais du Trocadéro, c’est-à-dire celui du Musée d’ethnographie et du Musée de l’Homme.

Plusieurs raisons ont présidé à ce choix.

Tout d’abord, une logique de programmation : Cette séance prend place dans la série de communications suscitées dans la perspective de la réouverture du Musée de l’Homme.

La Musée ethnographique des missions scientifiques est créé en 1878. L’existence de liens forts entre ce musée et le Muséum semble aller de soi puisque ce musée d’ethnographie a été administré par les titulaires de la chaire d’anthropologie du Muséum, le professeur Ernest-Théodore Hamy, puis par ses successeurs René Verneau et enfin Paul Rivet. Pourtant, ce n’est qu’en 1929 qu’il a été officiellement rattaché au Muséum.

Nous avons là, un premier indice d’une complexité sous-jacente.

Effectivement, et nous avons ici notre seconde motivation dans la programmation de cette séance, à travers des jeux de réciprocités explicites et implicites entre ces deux institutions dans le Muséum ce sont bien des questions qui se posent dont :

–          la place du champ des sciences humaines dans le Muséum,

–          que faire de collections ethnographiques dans un temple de l’histoire naturelle ?

–          plus largement quelle approche pour l’étude de l’Homme : l’Homme comme animal acteur d’un tout qui serait l’histoire évolutive de la vie ? ou l’Homme isolé, étudié dans une histoire naturelle et matérielle de l’Homme, la marche d’un homme qui se rêve « maître et possesseur de la nature » (Descartes, Discours de la méthode).

Ce ne sont là que quelques interrogations à peine esquissées et pour lesquels le Muséum dans sa relation avec le Musée d’ethnographie et le Musée de l’Homme a, semble-t-il, et Fabrice Grognet nous apportera sa réponse, adopté des positions différentes selon les époques.

Fabrice Grognet est docteur en ethnologie. Sa thèse de doctorat, dirigée par Jean Jamin et soutenue en 2009 à l’EHESS, a pour titre Le concept de musée : la patrimonialisation de la culture des « autres » : d’une rive à l’autre, du Trocadéro à Branly : histoire de métamorphoses.

En 2 volumes et 709 pages, ce travail d’histoire sociale, intellectuelle, institutionnelle et patrimoniale met en lumière tout un ensemble de tensions qui jalonnent l’histoire d’une institution, le Musée d’ethnographie devenu Musée de l’Homme puis éclaté entre un Musée du Quai Branly et un nouveau Musée de l’Homme.

En définitive, cette histoire est celle d’une perte de sens : comment un musée, une collection fondés et rassemblés dans un but scientifique et patrimonial vont peu à peu s’affranchir des principes originels.

S’il est l’un des meilleurs connaisseurs des cadres théoriques et historiques du Musée de l’Homme, Fabrice Grognet connaît également très bien le Musée de l’Homme in vivo. Il est depuis plusieurs années directement associé à la vie de cette institution, il fut et est l’un de ses acteurs.

Ce fut tout d’abord au sein du laboratoire d’ethnologie du Muséum. À ce titre, il a été l’un des commissaires d’expositions temporaires comme Le voyage de La Korrigane dans les mers du Sud (Musée de l’Homme, 2001) ; Groenland, Ammassalik : contact (Musée de l’Homme, 2005).

Après un passage par le Musée de l’histoire de l’immigration entre 2006 et 2011, il a depuis rejoint les rangs de l’équipe projet du nouveau Musée de l’Homme comme concepteur muséographique. Son rôle est essentiel dans la perspective de réouverture du Musée de l’Homme à l’automne prochain.

Nous le remercions d’avoir bien voulu accepter notre invitation et d’avoir distrait un peu de son temps pour préparer et prononcer cette communication.

Arnaud Hurel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *