Entre Nouvelle-France et royaume de France, Versailles et Paris, le Musée de l’Homme et le Quai Branly, Ancien régime et républiques

Peau peinte d'origine Quapaw. 34.33.7 Don de la Bibliothèque publique de la ville de Versailles. objets provient du Cabinet du Marquis de Sérent et de biens d'émigrés confisqués.
Peau peinte d’origine Quapaw. 34.33.7 Don de la Bibliothèque publique de la ville de Versailles. objets provient du Cabinet du Marquis de Sérent et de biens d’émigrés confisqués.

Le passé du Musée d’ethnographie du Trocadéro tout comme celui du Musée de l’Homme nous ont alertés depuis longtemps sur les difficultés liées à la gestion, conservation et valorisation, des collections ethnographiques dans des institutions pourtant empreintes d’une certaine stabilité.

Une étude fondatrice comme celle publiée par le docteur Ernest Hamy en 1890, Les origines du Musée d’ethnographie. Histoire et documents, illustrait l’histoire complexe de collections ethnographiques ballottées entre diverses institutions et soumises à une temporalité politique peu propice à leur conservation. Au-delà, cette publication avait démontré la nécessité et la difficulté pour les chercheurs et conservateurs de faire un effort de documentation des collections anciennes pour en assurer une juste valorisation scientifique et muséographique.

L’histoire récente, comme dans les premières années de fonctionnement du Musée du Quai Branly, a pu montrer que la leçon prodiguée en son temps par Hamy avait pu être malheureusement mise de côté.

Des travaux contemporains comme ceux de Bertrand Daugeron, en particulier son livre Collections naturalistes entre science et empires (1763-1804) publié en 2009 par le Muséum, ont restitué la sinuosité matérielle et intellectuelle du parcours de ces objets. L’approche plus épistémologique montrait bien qu’au-delà des errements institutionnels ces collections doivent tenter de dépasser une fatalité : une perte de sens et d’identité. Bertrand Daugeron avait ainsi mis en lumière la reconfiguration fondamentale de ces collections naturalistes transformées en collections archéologiques ou ethnographiques. Il avait dans le même mouvement rappelé à quel point la constitution de ces ensembles est le produit d’une époque. Un temps qui rend cette collecte nécessaire, mais dont le fil se perd avec un autre temps.

Dans cette perspective, Claude Blanckaert et moi avons proposé à mademoiselle Vanessa Ferey de nous livrer une étude de cas qui puisse contribuer à nos réflexions à l’approche de la réouverture du Musée de l’Homme. Nous la remercions sincèrement d’avoir bien voulu répondre positivement à notre invitation par une communication sur « L’histoire d’une entreprise scientifique d’Amérique française acquise par le Musée de l’Homme ».

Avec ces « objets ethnographiques du Cabinet de Sérent » dont elle va nous parler, voilà encore une affaire dont le parcours n’est pas aussi simple qu’il en a l’air. À travers cette collection, Vanessa Ferey va nous faire voyager entre Nouvelle-France et royaume de France, entre Versailles et Paris, entre le Musée de l’Homme et le Quai Branly, entre Ancien régime et les IIIe et Ve républiques. Sans doute va-t-elle nous redire à quel point ces collections ethnographiques sont datées, situées et incarnées. Et, donc, à quel point leur fragilité impose justement de ne pas en perdre le sens et de ne pas sombrer dans des facilités ou approximations interprétatives.

Avant de lui céder la parole, juste quelques mots pour vous présenter notre oratrice.

Assurément, il n’est que de l’écouter présenter ses recherches pour comprendre qu’elle est à l’heure actuelle la plus québécoise des jeunes chercheurs français en muséologie mais aussi la plus française des chercheurs de l’université du Québec à Montréal. Après avoir accompli sa formation universitaire initiale à Nancy, elle est partie en 2008 au Canada poursuivre ses études de muséologie.

Elle soutiendra très prochainement sa thèse de doctorat préparée en cotutelle entre l’université du Québec et l’université Paris 3 portant sur « la muséologie des biens culturels des Premières Nations en France à travers l’histoire des collections royales d’ethnographie ». Dans ce travail, la collection Fayolle du Cabinet de Sérent occupe bien sûr une place centrale. Elle est actuellement Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’université Paris 3.

A. Hurel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.