André Leroi-Gourhan et le Musée de l’Homme, une réciproque influence

A. Leroi-Gourhan, Paul Rivet et Paulo Duarte devant une vitrine du Musée de l'Homme en 1948 (BCM-MNHN)
André Leroi-Gourhan, Paul Rivet et Paulo Duarte devant une vitrine du Musée de l’Homme en 1948 (BCM-MNHN)

André Leroi-Gourhan (1911-1986), orientaliste et philologue (russe et chinois), anthropologue physique, ethnologue, préhistorien, historien de l’art et des religions de la préhistoire occidentale, est un chercheur très lié au Musée de l’Homme et à l’Institut d’Ethnologie à partir des années trente jusqu’à la fin de sa carrière scientifique dans les années quatre-vingt. Il en a même été directeur adjoint de 1946 à 1951, mis en place par Paul Rivet puis sorti par Henri-Victor Vallois.

Sa collaboration (bénévole comme la plupart à cette époque) commence en 1934, au moment où il travaille avec Anatole Lewitsky (département Arctique et technologie) et Georges-Henri Rivière (muséographie) sous la direction de Paul Rivet dans le cadre de la refondation du MET (Musée d’Ethnographie du Trocadéro). Il assimile les questions de la classification en technologie et de la présentation publique, organise lui-même une exposition sur les Eskimo et participe à d’autres (Sahara notamment) ainsi qu’aux animations du département de musicologie avec Claudie Marcel-Dubois.

De 1937 à 1939 – c’est-à-dire au moment de l’exposition universelle et de la mise en place du Musée de l’Homme dans le nouveau Palais de Chaillot – il est en mission au Japon grâce à une bourse du gouvernement japonais. Outre ses recherches en ethnologie, il y collecte des centaines d’objets pour alimenter une exposition au Musée de l’Homme à son retour, mais les circonstances de la guerre vont empêcher ce projet.

Durant la guerre, il est bousier du CNRS et affecté aux musées Guimet et Cernuschi et ne reviendra en permanence au Musée de l’Homme qu’en 1946 pour assurer l’intérim de Jacques Soustelle, ethnologue américaniste appelé au gouvernement. Il y reste jusqu’en 1951 et installe durant ces quelques années deux centres du CNRS : le CDRP (centre de recherche et de documentation préhistorique) qui gère notamment une annexe de la bibliothèque du musée (au 4e étage) et le département de technologie comparée (au sous-sol), et le CFRE (Centre de formation aux recherches ethnologiques, au sous-sol également). Ce centre, destiné à la spécialisation des étudiants certifiés en ethnologie, qui organise des « stages de fin d’étude » sur le terrain rural français pour y observer le passage d’une société traditionnelle à une société moderne, verra passer la plupart des grands noms de l’ethnologie française de l’après-guerre. Simultanément, il enseigne à l’Institut d’ethnologie (3e étage du MH), à l’Université (Lyon de 1944 à 1956, puis Paris-Sorbonne de 1956 à 1968) et enfin au Collège de France (1969-1983) et développe sur le terrain les principes de fouille archéologique qui feront sa renommée (Les Furtins, Arcy-sur-Cure et Pincevent).

Il contribue de près à l’organisation du département « Europe » et fait également installer, grâce à l’appui de Jacques Millot (titulaire, à la suite d’H.-V. Vallois, de la chaire « d’ethnologie des hommes actuels et des hommes fossiles » de 1960 à 1967), un laboratoire de palynologie dont son épouse – Arlette Leroi-Gourhan – va être responsable et dans lequel elle va mettre au point les fondements d’’une palynologie archéologique.

Durant toutes ces années, surtout au moment de la mise en place du musée et de la présence de Paul Rivet, qui a eu une forte influence sur lui, il n’aura de cesse de promouvoir le musée et ses travaux au cours de nombreuses conférences en France ou à l’étranger. Il y aura développé ce qu’il considère comme « la meilleure partie de (son) œuvre », particulièrement en ce qui concerne la technologie comparée, domaine de prédilection repris à la suite des ébauches d’Anatole Lewitsky avant-guerre et avec l’aide d’Hélène Balfet après-guerre.

Philippe Soulier



Citer ce billet
objethistoire (2015, 4 septembre). André Leroi-Gourhan et le Musée de l’Homme, une réciproque influence. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sha2