Tous les articles par objethistoire

Les objets de la préhistoire extra-européenne au Trocadéro (1878-1940)

Musée d’ethnographie du Trocadéro ; Vitrine Préhistoire Amérique ; 1880-1929

Cette communication traitera de la façon dont le musée d’Ethnographie du Trocadéro, puis le musée de l’Homme ont intégré la préhistoire non européenne dans leurs collections et expositions. Il s’agira de déterminer comment la présence de ce type de collections fut justifiée dans l’institution, ce qui a poussé les acteurs du musée à associer ou dissocier ces pièces de celles de populations actuelles, quelle part elles prirent dans le développement d’un modèle alternatif à celui s’étant développé dans la seconde moitié du XIXe siècle en Europe.

En passant par une histoire matérielle de la préhistoire au Trocadéro, nous tenterons de mettre en lumière les jalons de la reconnaissance d’une haute antiquité de l’Homme hors des frontières européennes.

Adèle Chevalier (doctorante MNHN, UMR 7194 Histoire naturelle de l’homme préhistorique)

Défendre « l’action du milieu » au Muséum : la trajectoire de Julien-Noël Costantin entre réseaux familiaux et enjeux coloniaux (1884-1932)

Georges Canguilhem, « Le vivant et son milieu », in La connaissance de la vie, Paris, Librairie Hachette, coll. Science et Pensée, 1952, pp. 160-193.

L’article de G. Canguilhem « Le vivant et son milieu » (1952) propose une grandiose généalogie de la notion de milieu, de Newton aux behavioristes. La fresque est loin d’être axiologiquement neutre : face à l’appréhension mécaniste et menaçante du milieu, Canguilhem défend une définition soucieuse de la singularité des milieux propres à chaque espèce et de leur irréductible normativité. Bien plus que Lamarck qui échappe au discrédit, ce sont les néo-lamarckiens qui, avec les behavioristes, sont les plus fermement dénoncés. Opposant leur mécanisme au « vitalisme nu » de Lamarck, il ajoute même que « le terme (de milieu) pris comme universel, comme abstrait, leur est transmis par Taine », véritable bête noire de Canguilhem tout au long de sa carrière. Leur faute est grave : les « néo-lamarckiens français » n’auraient retenu « des caractères morphologiques et des fonctions du vivant que leur formation par le conditionnement extérieur et pour ainsi dire par déformation. Il suffit de rappeler les expériences de Costantin sur les formes de la feuille de sagittaire ».

Face à cette véhémente critique, l’objectif de cette communication sera de tenter de revenir sur la trajectoire de Julien-Noël Costantin (1857-1936), promoteur de l’explication des transformations végétales par le milieu et dont la carrière fut intimement associée au Muséum : comme aide naturaliste (1884-1887), professeur à la chaire de culture (1901-1919) puis de botanique (1919-1932). Réseaux familiaux et enjeux coloniaux semblent avoir favorisé une carrière promouvant « l’action du milieu ».

Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Koyré)

L’apport des premières collections de reptiles du Jurassique de Normandie à l’histoire des sciences et à la paléontologie

Crocodiliens marins (Thalattosuchia) du Jurassique de Normandie trouvés au XIXe siècle dont les originaux ont été détruits au cours de la Seconde Guerre mondiale : plastotypes (moulages de spécimens porte-nom) conservés à l’Université de Bordeaux et planches lithographiées correspondantes.

Les découvertes de reptiles fossiles dans le Jurassique de Normandie au XVIIIe et au XIXe siècles ont joué un rôle central dans le développement de la paléontologie. Preuves de la notion d’espèces disparues, ces restes de reptiles se sont ensuite trouvés au cœur des débats qui ont agité le début du XIXe siècle entre Georges Cuvier et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire autour du fixisme et de l’évolutionnisme. De nombreux spécimens ont également été utilisés comme types porte-nom par les scientifiques de l’époque et revêtent à ce titre une grande importance dans la nomenclature paléontologique actuelle.

Cette communication passe en revue les principaux collectionneurs normands et les liens qu’ils entretenaient avec la science officielle incarnée par les professeurs du Muséum d’Histoire naturelle à Paris.

Au-delà d’une approche purement historique, une attention particulière est portée sur les spécimens dont l’intérêt scientifique reste toujours d’actualité. Les sources usuelles de l’histoire des sciences, comme les fonds d’archives, les lettres, les manuscrits et les documents iconographiques inédits constituent des vecteurs indispensables pour redécouvrir dans les collections muséales et universitaires des spécimens historiques dont l’importance était oubliée faute d’étiquette ou de catalogue. Cette méthodologie s’avère également utile pour collecter des informations sur des spécimens détruits au cours des vicissitudes de l’histoire et pour localiser des moulages en plâtre qui restent parfois les seuls éléments disponibles, avec les sources iconographiques, pour caractériser un taxon.

Arnaud Brignon (membre de la Société géologique de France)

Bibliographie indicative :

BRIGNON A. 2021. — Les Thalattosuchia jurassiques de Normandie des collections Vautier et Morière : contexte historique et redécouverte des plastotypes. Geodiversitas 43 (6): 151-186

BRIGNON A. 2018. — Contexte historique de la collection Félix de Roissy (1771-1843) de reptiles marins jurassiques des Vaches Noires. Geodiversitas 40 (2): 43-68