Tous les articles par objethistoire

Collectionner les objets de la nature. Réflexions sur la matérialité des pratiques naturalistes au XVIIIe siècle

Jean-Jacques Rousseau herborisant dans la campagne, Ermenonville, Mayer, Paris, 1806. Gravure au burin, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE QB-370 (46) -FT 4.

Au cours du XVIIIe siècle, la multiplication des collections naturalistes est représentative de l’essor considérable que connaît l’étude de l’histoire naturelle, devenue une mode sociale et culturelle en Europe. Au-delà des institutions savantes, cet engouement concerne également les amateurs et les curieux. Les collections, qu’elles prennent la forme de cabinets d’histoire naturelle ou de dispositifs plus spécialisés comme l’herbier, sont placées au centre du travail des naturalistes. Si les travaux récents des historiens ont tour à tour étudié les collections sous l’angle des lieux de savoir ou des liens entre sciences et empires, l’histoire matérielle des savoirs a permis de décentrer le regard en direction des objets. Au même titre que les livres et les images avec lesquels ils sont appelés à collaborer, les spécimens naturels apparaissent ainsi comme des documents qui rendent possible la mise en œuvre d’une archéologie des pratiques naturalistes. Quelles sont les modalités de la collecte, de la circulation et de la marchandisation des spécimens naturels ? Comment les procédures entourant les collections – préserver, observer, comparer, classer, mettre en scène, écrire – contribuent-elles à les transformer en un dispositif visuel ? En quoi les collections naturalistes s’affirment-elles comme des ressources de la science publique ?

Collections zoologiques du cabinet de Jean Hermann (1738-1800), Musée Zoologique de Strasbourg.

Cette communication s’appuie sur différentes figures de collectionneurs naturalistes qui entretiennent des liens avec la science institutionnelle représentée par les professeurs du Jardin du Roi de Paris, en particulier : le botaniste-voyageur Jean-Baptiste-Christophe Fusée-Aublet (1723-1778) qui a publié, avec l’aide de Bernard de Jussieu, une Histoire des plantes de la Guiane françoise (1775); le professeur Jean Hermann (1738-1800), directeur du jardin botanique de l’université de Strasbourg et propriétaire d’un riche cabinet d’histoire naturelle ; la famille du marchand naturaliste Jacob Forster (1739-1806) qui a ouvert des boutiques entre Londres, Paris et St-Pétersbourg et Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), dont l’herbier offre l’opportunité de mieux cerner les fonctions du botaniste amateur.

Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet, Histoire des plantes de la Guiane françoise, Londres, Paris, Pierre-François Didot, 1775, t. 3., p. 29

Notre présentation, issue de recherches doctorales et post-doctorales, vise à questionner le rôle des collections dans la construction et la circulation des savoirs naturalistes au XVIIIe siècle. Il s’agit de suivre le parcours des objets depuis leur prélèvement sur le terrain – lointain comme local –, jusqu’à leur exposition aux yeux du public – dans le cadre de la visite d’un cabinet ou d’une démonstration pédagogique -, en passant par leur transformation en un dispositif matériel indispensable à l’art d’observer.

Dorothée Rusque

Rusque, Dorothée, Le dialogue des objets. Fabrique et circulation des savoirs naturalistes : le cas des collections de Jean Hermann (1738-1800), thèse de doctorat, Université de Strasbourg, 2018.

Rusque, Dorothée, « Observer à partir des collections d’histoire naturelle au XVIIIe siècle. Le dialogue des objets au sein du cabinet de Jean Hermann », Epistemocritique, 2017, p. 81-93.

Rusque, Dorothée, « Les réseaux d’échanges de spécimens naturels en Europe au XVIIIe siècle : le cas des collections de Jean Herman », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe, Sorbonne Université [en ligne], 2022.

DuPasquier Emmanuel, Léchot, Timothée, Rusque, Dorothée (dir.), L’herbier selon Rousseau, Presses Universitaires de Strasbourg, Collection « Savoirs collectés », Strasbourg, 2024 [à paraître].

Dorothée Rusque est chercheuse post-doctorale à l’Université Cergy Paris (EUTOPIA-SIF Fellowship) où elle travaille actuellement sur un projet de recherche consacré à la globalisation du marché de l’histoire naturelle dans l’Europe du XVIIIe siècle. Titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de Strasbourg, elle a également collaboré au projet FNS Sinergia “Botanical Legacies from the Enlightenment” de l’Université de Neuchâtel (2020-2022). Ses recherches portent sur l’histoire des sciences, l’histoire matérielle des savoirs et notamment sur les pratiques et les cultures naturalistes au XVIIIe siècle.

Loin de Paris : Les muséums d’histoire naturelle de province au XIXe siècle

L’histoire des muséums français de province est souvent lue à l’aune de celle du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Cette lecture induit un regard qui compare et hiérarchise deux catégories de musées : le musée parisien et le musée provincial. Le premier est érigé comme

Projet architectural pour le muséum de Nantes, par Bourgerel, 1866. Archives Municipales de Nantes, 1Fi33.

modèle pour le second, qui apparaît alors son extension toujours imparfaites.

Il est pourtant possible de questionner la prévalence du modèle parisien sur les muséums en retournant la perspective et en partant de province, notamment les cas lyonnais, nantais et toulousain, de la période révolutionnaire jusque vers les années 1870. L’étude des musées du point de vue de leur quotidien permet de mettre en lumière la façon dont ils résultent de processus d’occupation et d’appropriation des espaces savants, sociaux et politiques de la ville.

Issue d’une thèse de doctorat soutenue en 2019, cette communication s’arrêtera plus particulièrement sur les relations complexes entretenues, depuis la province, avec Paris et le Muséum national. Le gouvernement des musées et leur règlementation, les processus de collecte, d’acquisition et de mises en collection des objets et spécimens, mais aussi les productions et collaborations savantes participent à des relations “Province-Paris” ambivalentes, mais qui dépassent une simple rivalité ou concurrence. Contrastant avec des représentations d’une science immuable dans des espaces neutres et parfaitement maîtrisés, l’histoire des relations entre muséums révèlent leur nature négociée et éminemment située.

Déborah Dubald (Université de Strasbourg)

Déborah Dubald est chercheuse postdoctorale à l’université de Strasbourg dans le cadre du projet FNS Sinergia Neverending diseases. Titulaire d’un doctorat en Histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence, ses recherches portent sur l’histoire matérielles des sciences, les pratiques et cultures naturalistes au XIXe siècle, et plus généralement sur l’histoire des relations entre nature et sociétés. Elle travaille actuellement sur l’usage des collections scientifiques comme sources de l’histoire environnementale ainsi qu’à la publication de sa thèse.

Dubald Déborah, Capital Nature. A history of French municipal museums of natural history, 1795-1870, Florence : European University Institute, 2019 , EUI PhD theses, Department of History and Civilization, 2019

Dubald Déborah, « Savante bureaucratie : le Journal de Jourdan (1854‑1868) et l’administration quotidienne du Muséum de Lyon », Revue d’histoire du XIXe siècle, nᵒ 64, Société d’histoire de la révolution de 1848, 2022, p. 191-205

Civilisation des bêtes. Les débats sur la domestication des animaux au Jardin des Plantes au XIXe siècle

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861)

L’ouverture de la ménagerie du Jardin des Plantes offre à plusieurs savants l’occasion d’observer les mœurs des animaux et d’en étudier les transformations. Ce qui surtout attire leur attention est la familiarisation des animaux sauvages et exotiques avec l’homme et le processus d'”adoucissement des mœurs” qui les conduit à la domesticité. Frédéric Cuvier et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire développent à ce propos des théories qui expliquent différemment l’origine et les conditions de possibilité du passage de la sauvagerie à la domesticité. La domestication des animaux est en ce sens mise en relation étroite avec le processus de civilisation des êtres humains, ce qui fera l’objet d’intéressants débats entre naturalistes, historiens et anthropologues à partir des années 1830.

Acclimatation Tableau représentant les Animaux, quadrupèdes, oiseaux, poissons, insectes, – Arbres, fruits et végétaux, propagés par la Société impériale d’Acclimatation (1854)

La domestication devient de fait un point de convergence entre histoire naturelle et histoire civile : non seulement les animaux rentrent à ce moment dans l’histoire civile de l’homme, mais les êtres humains eux-mêmes semblent sortir de leur condition animale en abandonnant les mœurs prédatrices à la faveur de cette forme d’appropriation douce et durable des autres espèces qui prend le nom de domestication. C’est à travers cette “civilisation des bêtes”, comme l’appelait en 1792 Bernardin de Saint-Pierre, que les hommes parviennent à se civiliser eux-mêmes.

Benedetta Piazzesi (IHMC, IISF)

Benedetta Piazzesi est docteure en Philosophie (École Normale Supérieure de Pise). Elle est actuellement rattachée à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) et à l’Istituto Italiano di Studi Filosofici de Naples (IISF) où elle mène une recherche sur l’histoire du concept de domestication.