Archives de catégorie : Séances

Résumés, textes intégraux ou documents issus des présentations faites lors des séances du séminaire.

Entre complémentarité et concurrence : les collections et enseignements de minéralogie de l’École des mines de Paris et du Muséum national (XVIIIe-XIXe siècle)

Promenades au Jardin des plantes, à la ménagerie et dans les galeries du Muséum d’histoire naturelle. T. 1, Jardins, serres, etc., parcs, ménageries, salle du règne végétal, galerie des minéraux, salle des fossiles / , contenant des notions claires, et à la portée des gens du monde, sur les végétaux, les animaux et les minéraux les plus curieux et les plus utiles de cet établissement… Par J.-B. Pujoulx (1803)

Cette communication propose une analyse croisée de l’histoire des collections de minéralogie de l’École des Mines de Paris et du Muséum lors du tournant révolutionnaire, quand les deux collections sont en train d’être réorganisées, dans le cadre de la naissance même des musées nationaux et de l’émergence d’une conscience patrimoniale en France.

Le collections de l’École des Mines, depuis sa fondation en 1783, connaissent une histoire marquée par de nombreux bouleversements administratifs : tout au long de cette histoire, le Jardin du Roi, puis Muséum national, s’impose tout naturellement comme terme de comparaison incontournable. Perçu d’abord comme un « rival » par le fondateur de l’École B.-G. Sage, après la Révolution les échanges entre les deux institutions se multiplient. Un cas emblématique est celui du minéralogiste R.-J. Haüy, professeur et conservateur des collections d’abord à l’École des Mines puis, à partir de 1802, au Muséum.

Notre communication étudiera, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des exemples ponctuels qui mettent en comparaison les choix d’agencements des deux collections (le mobilier, l’éclairage, etc.), l’œuvre de leurs conservateurs – nouvelles figures professionnelles – ainsi que la place accordée à l’esthétique de l’agencement et la manière dont elle influence la fréquentation publique des collections et les pratiques de la visite. Seront pris en compte, en guise de conclusion, les décors peints des deux établissements au cours du XIXe siècle, dans le cadre de la construction de la galerie de minéralogie du Muséum et de la constitution d’un véritable musée de minéralogie à l’École des Mines.

Par une analyse qui mobilise les méthodes de l’histoire de l’art et de celle des sciences, le but est d’étudier les caractéristiques des collections de minéralogie à ce moment clé pour l’histoire du collectionnisme, en prenant en compte les deux recueils publics les plus importants de la capitale, dont l’étude croisée révèle les spécificités respectives, les points communs et superpositions des pratiques.

Maddalena Napolitani

Bibliographie indicative :

Laboulais, Isabelle, “Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des Mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration“, Source(s), nº 2, 2013, p. 61-80.

Lacour, Pierre-Yves, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804), Paris, Muséum d’histoire naturelle, 2014.

Moret, Anton, La présentation des collections de minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle. Du cabinet d’histoire naturelle du Jardin du Roi à la Galerie de Minéralogie et de Géologie du Muséum national d’histoire naturelle, de 1739 à 1893, mémoire de l’École du Louvre, deuxième cycle, sous la direction de François Mairesse, mémoire soutenu en 2014.

Napolitani, Maddalena « Un musée de minéraux à l’École des Mines de Pari », dans Poulot, Dominique (dir.), L’effet musée. Objets, pratiques et cultures, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022, p. 195-214.

Pujoulx, Jean-Baptiste, La minéralogie à l’usage des gens du monde, Paris, Lepetit, 1813.

Pujoulx, Jean-Baptiste, Promenades au Jardin des plantes, Paris, Librairie économique, 1813.

Écrire l’histoire environnementale du Jardin du Roi (1626-1789)

Jardin du Roy. La nouvelle serre prise du Jardin de Botanique (1794), dessin de Jean-Baptiste Hilair (1753-1822?) [gallica.fr]

C’est à Guy de La Brosse que revint la création d’un « jardin royal de culture des plantes médicinales » en 1625. Si à ses origines, le Jardin du Roi ne semblait guère se différencier des traditionnels jardins d’apothicaires, il se démarqua progressivement de ses fonctions purement curatives.

Dès la fin du XVIIe siècle, il devint un lieu central pour l’étude de la botanique, dont les champs d’investigation s’affranchirent de plus en plus de la stricte utilité médicale, pour embrasser les préoccupations de l’histoire naturelle.

Le cèdre du Jardin du Roy (1794), dessin de Jean-Baptiste Hilair (1753-1822?) [gallica.fr]

Si l’histoire savante du lieu a déjà été retracée par l’historiographie, son histoire environnementale reste encore à écrire. De la circulation des combustibles à l’approvisionnement des serres, des menaces que représentent les premières pollutions industrielles pour l’établissement à la réflexion que mènent les naturalistes sur la conservation des plantes et de la nature, le Jardin du Roi est, indéniablement, au cœur des transformations environnementales de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Jan Synowiecki (université de Caen)

Synowiecki Jan, “La serre, le naturaliste et le climat : conservation des plantes et politique de la nature au Jardin du Roi (1714-1789)”, Dix-huitième siècle, vol. 54, no. 1, 2022, pp. 303-314.

Collectionner les objets de la nature. Réflexions sur la matérialité des pratiques naturalistes au XVIIIe siècle

Jean-Jacques Rousseau herborisant dans la campagne, Ermenonville, Mayer, Paris, 1806. Gravure au burin, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE QB-370 (46) -FT 4.

Au cours du XVIIIe siècle, la multiplication des collections naturalistes est représentative de l’essor considérable que connaît l’étude de l’histoire naturelle, devenue une mode sociale et culturelle en Europe. Au-delà des institutions savantes, cet engouement concerne également les amateurs et les curieux. Les collections, qu’elles prennent la forme de cabinets d’histoire naturelle ou de dispositifs plus spécialisés comme l’herbier, sont placées au centre du travail des naturalistes. Si les travaux récents des historiens ont tour à tour étudié les collections sous l’angle des lieux de savoir ou des liens entre sciences et empires, l’histoire matérielle des savoirs a permis de décentrer le regard en direction des objets. Au même titre que les livres et les images avec lesquels ils sont appelés à collaborer, les spécimens naturels apparaissent ainsi comme des documents qui rendent possible la mise en œuvre d’une archéologie des pratiques naturalistes. Quelles sont les modalités de la collecte, de la circulation et de la marchandisation des spécimens naturels ? Comment les procédures entourant les collections – préserver, observer, comparer, classer, mettre en scène, écrire – contribuent-elles à les transformer en un dispositif visuel ? En quoi les collections naturalistes s’affirment-elles comme des ressources de la science publique ?

Collections zoologiques du cabinet de Jean Hermann (1738-1800), Musée Zoologique de Strasbourg.

Cette communication s’appuie sur différentes figures de collectionneurs naturalistes qui entretiennent des liens avec la science institutionnelle représentée par les professeurs du Jardin du Roi de Paris, en particulier : le botaniste-voyageur Jean-Baptiste-Christophe Fusée-Aublet (1723-1778) qui a publié, avec l’aide de Bernard de Jussieu, une Histoire des plantes de la Guiane françoise (1775); le professeur Jean Hermann (1738-1800), directeur du jardin botanique de l’université de Strasbourg et propriétaire d’un riche cabinet d’histoire naturelle ; la famille du marchand naturaliste Jacob Forster (1739-1806) qui a ouvert des boutiques entre Londres, Paris et St-Pétersbourg et Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), dont l’herbier offre l’opportunité de mieux cerner les fonctions du botaniste amateur.

Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet, Histoire des plantes de la Guiane françoise, Londres, Paris, Pierre-François Didot, 1775, t. 3., p. 29

Notre présentation, issue de recherches doctorales et post-doctorales, vise à questionner le rôle des collections dans la construction et la circulation des savoirs naturalistes au XVIIIe siècle. Il s’agit de suivre le parcours des objets depuis leur prélèvement sur le terrain – lointain comme local –, jusqu’à leur exposition aux yeux du public – dans le cadre de la visite d’un cabinet ou d’une démonstration pédagogique -, en passant par leur transformation en un dispositif matériel indispensable à l’art d’observer.

Dorothée Rusque

Rusque, Dorothée, Le dialogue des objets. Fabrique et circulation des savoirs naturalistes : le cas des collections de Jean Hermann (1738-1800), thèse de doctorat, Université de Strasbourg, 2018.

Rusque, Dorothée, « Observer à partir des collections d’histoire naturelle au XVIIIe siècle. Le dialogue des objets au sein du cabinet de Jean Hermann », Epistemocritique, 2017, p. 81-93.

Rusque, Dorothée, « Les réseaux d’échanges de spécimens naturels en Europe au XVIIIe siècle : le cas des collections de Jean Herman », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe, Sorbonne Université [en ligne], 2022.

DuPasquier Emmanuel, Léchot, Timothée, Rusque, Dorothée (dir.), L’herbier selon Rousseau, Presses Universitaires de Strasbourg, Collection « Savoirs collectés », Strasbourg, 2024 [à paraître].

Dorothée Rusque est chercheuse post-doctorale à l’Université Cergy Paris (EUTOPIA-SIF Fellowship) où elle travaille actuellement sur un projet de recherche consacré à la globalisation du marché de l’histoire naturelle dans l’Europe du XVIIIe siècle. Titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de Strasbourg, elle a également collaboré au projet FNS Sinergia “Botanical Legacies from the Enlightenment” de l’Université de Neuchâtel (2020-2022). Ses recherches portent sur l’histoire des sciences, l’histoire matérielle des savoirs et notamment sur les pratiques et les cultures naturalistes au XVIIIe siècle.