Archives de catégorie : Séances

Résumés, textes intégraux ou documents issus des présentations faites lors des séances du séminaire.

Les objets fantômes des collections patrimoniales : vies et destins des modèles pédagogiques de botanique du Dr Auzoux

Cours de botanique dans une salle de classe de l’École Nationale d’Agriculture (détail), début XXe siècle, musée de Bretagne

Les modèles de botanique du docteur Louis Auzoux (1797-1880) sont des objets démontables en papier-mâché, conçus dans les années 1860 pour faciliter l’enseignement des sciences naturelles. Utilisés durant des décennies avant d’être progressivement délaissés au profit de nouveaux supports pédagogiques, ils rejoignent depuis peu des collections patrimoniales. Dans les années 1990, le Muséum national d’Histoire naturelle reçoit ainsi un don du lycée Charlemagne de Paris comprenant certains de ces modèles, ceux-ci sont alors inscrits à l’inventaire des bibliothèques du Muséum.

À partir de plusieurs parcours d’objets, cette communication s’attachera à décrire l’émergence des modèles de botanique du docteur Auzoux, leurs utilisations et leur importance à travers le temps, afin de comprendre leur acquisition d’un statut patrimonial dans différentes institutions. Dans un second temps, elle analysera les facteurs entravant une prise en charge optimale des modèles, tout en interrogeant les limites de la notion de patrimoine appliquée aux objets de médiation scientifique. Cette étude historique et muséologique contribuera à expliquer la situation actuelle de ces modèles au Muséum. Plus largement, elle permettra d’éclairer l’existence d’une multitude d’objets peu visibles au sein de l’institution, ainsi que de questionner la place qu’ils y occupent.

Diane Courtin ( MNHN, PALOC)

L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum

Galeries de paléontologie et d’anthropologie, photographie Pierre Petit, Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

Dans les précieuses collections du Muséum se trouvent les fossiles trouvés en 1868 dans l’abri de Cro Magnon. Ceux-ci servirent à décrire la « race de Cromagnon », soit l’espèce Homo sapiens, et tiennent ainsi une place marquante de l’histoire de la paléoanthropologie.  Mais la découverte en cache une autre : le fossile n°2 (la femme) comporte une large blessure à la limite du frontal et du temporal droit. Paul Broca vient l’analyser. Il conclut à une blessure intentionnelle, qui entrainera la mort ; de ce geste, il déduit que cette société préhistorique était intrinsèquement violente.

La guerre entre ainsi avec fracas dans la liste déjà longue des sujets de l’anthropologie scientifique naissante. Pendant un siècle et demi, le cheminement de la science va être lent, tortueux et sujet à rebondissements, pour répondre aux questions que soulevaient les traces de violence interhumaine mises au jour par les archéologues.

Cette présentation ira donc de ce premier fossile aux plus récentes découvertes africaines et enfin aux résultats encore provisoires de la science sur la question controversée de l’origine de la guerre.

Jean-Claude Favin Lévêque (UMR 7194 HNHP)

« Le cachet de la nature » : Jean-Joseph-Jacques Holandre (1778-1857), membre d’une province naturaliste du premier XIXe siècle

Holandre, Jean-Joseph-Jacques, Nouvelle flore de la Moselle, ou Manuel d’herborisation dans les environs de Metz principalement, et les autres parties du département. T. 1. Éditeur : Verronnais (Metz), Roret (Paris), 1842.

Auteur de vingt-neuf publications d’histoire naturelle, dont une Flore de la Moselle (1829), Jean-Joseph-Jacques Holandre (1778-1857) a notamment été retenu pour son rôle dans la création de deux sociétés savantes. Un premier aspect de cette communication concerne la création du Musée d’Histoire naturelle de Metz, à la fin des années 1810, et le rôle occupé par ce savant dans ce processus de création et d’agencement d’une collection naturaliste. Un deuxième aspect de notre étude concerne davantage les acteurs gravitant autour des collections d’histoire naturelle de ce musée, notamment pour la période de la Restauration (1814-1830) et de la Monarchie de Juillet (1815-1830). Si la figure du conservateur-naturaliste apparaît centrale dans le fonctionnement du musée, une myriade d’autres acteurs se déploie autour de ses collections.

Avec le cas de Jean-Joseph-Jacques Holandre, un tissu savant-naturaliste de province peut être appréhendé, qui ne fonctionne pas seulement comme une chambre d’enregistrement d’une science en train de se faire à Paris.

C’est au contraire un système à double sens qui peut être dessiné entre un naturaliste messin et une institution comme le Muséum national d’Histoire naturelle. Nous exposons ainsi les premiers résultats de notre analyse sur les liens entre ces collections, leur conservateur et les institutions qui ont pu les alimenter, à commencer par le Muséum national d’Histoire naturelle et une jeune société savante fondée en 1835 : la Société d’Histoire naturelle du département de la Moselle.

Clément Léger