Archives de catégorie : Présentations

Architecture et décors du Muséum national d’histoire naturelle aux XIXe et XXe siècles

Galerie d'anatomie comparée et de paléontologie (1898)

La question du patrimoine immobilier est récurrente au Muséum national d’histoire naturelle, et elle est même toujours d’une actualité brûlante.

Elle est d’autant plus cruciale que le Muséum s’est développé dans un espace contraint, alors que les missions qui lui étaient dévolues ne faisaient que croître. Ainsi, dès décembre 1794, un rapport soulignait déjà l’exiguïté et l’insuffisance des locaux rapportées aux missions que la Convention nationale lui avait confiées un an plus tôt.

Au-delà de l’aspect financier, les questions où ? comment ? pourquoi ? sont au cœur de la relation entre le patrimoine immobilier et l’activité scientifique du Muséum. Depuis plus de deux siècles l’architecture tente cahin-caha d’accompagner le développement de cet établissement scientifique et l’émergence des nouvelles thématiques de recherche.

Les évolutions de ce patrimoine immobilier sont d’ailleurs retenues comme un indice fiable par les historiens du Muséum ou par ceux qui se sont interrogés sur le déclin de la science française au XIXe siècle.

Or, dans les années 1850-1860, plusieurs rapports officiels mettent l’accent sur l’état de crise dans lequel se trouve le Muséum : Rapport Corne de 1851, Rapport Allard de 1863, Rapports des commissions d’inspection du matériel de 1864 à 1868. Tous dressent un bilan consternant de l’état du Muséum. Les critiques portent alors sur les dysfonctionnements structurels – le modèle statutaire des années 1793 n’est plus adapté –, et les difficultés du Muséum à conserver sa place dans le contexte général de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais les reproches concernent également l’état du patrimoine immobilier dont la vétusté ou l’inadéquation pèsent directement sur la gestion des collections.

De ce point de vue, le bâtiment de la Baleine qui accueille ce séminaire fait office de cas d’école. Ces galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie, chaires dites « à collections », ont été longtemps une plaie ouverte au sein du Jardin des Plantes. Jusqu’à l’inauguration de la galerie de la place Valhubert en 1898, elles ont cristallisé tous les reproches adressés à cet établissement, incapable d’offrir une place digne au laboratoire d’anthropologie et à ses collections.

Architecte en chef du Muséum entre les deux guerres mondiales, Emmanuel Pontremoli confia toute sa joie de travailler dans un établissement comme le Muséum mais également sa peine : « Je rêvais de tout ce qu’il aurait fallu pour revivifier le domaine qui m’était confié. J’établissais des projets, des devis ; cependant le pactole ne coulait pas dans ce jardin, cet éden en décrépitude. »

De manière fort judicieuse Christian Hottin rappelle dans le titre de son intervention le lien qui unit si intimement architecture et science dans des établissements comme celui-ci.

Christian Hottin est Conservateur du patrimoine, Adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique au sein de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication. Sa thèse de l’École des Chartes portait sur le patrimoine peint et sculpté des établissements d’enseignement supérieur à Paris. Ses recherches actuelles ont pour objet l’architecture des institutions scientifiques et culturelles, mais également la notion de patrimoine immatériel.

Quand le cabinet du Roi devient le Muséum

Collections naturalistes entre science et empires (1763-1804)

Le mois dernier, à l’occasion de la séance d’ouverture de ce séminaire, nous avons eu le plaisir d’accueillir le professeur Philippe Taquet venu nous parler de Cuvier.

Sa présentation nous a permis de dépasser une certaine historiographie un peu hâtive dans ses conclusions sur un Cuvier paré du mauvais rôle, celui qui serait opposé aux savoirs émergents en jouant et abusant de sa position sociale et académique.

Bien sûr, la réalité est une fois encore plus complexe. L’homme de certitudes et de partis-pris que fut Cuvier fut aussi et d’abord, ne l’oublions pas, un grand scientifique et, sur le plan institutionnel, le protecteur du Muséum à cette période essentielle de la fondation sur les bases construites par la révolution.

Le voyage naturaliste, ou plutôt le voyage d’observation et de collecte pour ne pas « voyager inutilement », pour paraphraser le titre d’un mémoire de Baudelot de Derval publié en 1688, est une pratique ancienne.

La collecte d’objets et de type, et donc l’expédition de terrain, sont consubstantiels au Muséum national d’histoire naturelle. Il s’agit l’un d’un caractère identitaire pérenne de cet établissement.

Dès l’origine, son activité se déploie sous la contrainte des contingences de la réalité du terrain qui permet de réunir ces pièces qui vont ensuite prendre place dans l’ordonnancement de la nature tel qu’il est pratiqué au Jardin des Plantes.

Les conséquences de cette chaîne opératoire du savoir sont connues :

  • Voyager comporte des risques – le succès de l’entreprise n’est jamais garanti et il représente un coût humain et financier –, mais c’est aussi la rencontre d’un inconnu qui est à la fois naturel et humain.
  • La collecte est un acte accompli in vivo, au contact d’un milieu naturel et de populations humaines. Cette découverte de l’autre est l’une des grandes variables inconnues de ces voyages naturalistes.
  • Enfin, un autre point essentiel concerne le sens et le destin des objets collectés. Le questionnement est à la fois épistémologique, heuristique et interroge très tôt et très directement sur la politique de conservation d’une institution aussi jeune que le Muséum, que ce soit en terme de moyens voire d’objectifs.

Nous avons souhaité demander à Bertrand Daugeron de nous aider à réfléchir au sein de ce séminaire sur toutes ces tensions qui se font jour autour des pièces d’histoire naturelle ou des artéfacts collectés dans les premières années d’un Muséum porté sur le fonts baptismaux par la révolution avec pour mission : « l’enseignement public de l’histoire naturelle, prise dans toute son étendue et appliquée particulièrement à l’avancement de l’agriculture, du commerce et des arts. ».

Tout de suite, l’on pressent les difficultés et malentendus qui vont se faire jour du fait des missions confiées à cet établissement et de la réalité des collections qui vont lui être confiées.

Pour aborder une telle question, c’est-à-dire  savoir où se construit en définitive la science à l’aube du XIXe siècle – entre le cabinet des naturalistes et le terrain – il nous a semblé que Bertrand Daugeron saurait apporter un éclairage à la fois riche et singulier. Historien aux publications reconnues, Bertrand Daugeron est aussi un homme de terrain pour lequel la rencontre de l’autre et l’échange participent à la construction du savoir.