Archives de catégorie : Résumés

Politique et sciences, notamment naturelles : Paul Doumer, l’Indochine et le Muséum national d’histoire naturelle (1897-1932)

Archives nationales, fonds 724/AP/NC/2 : établissement d’une nouvelle espèce de pommier, le Pirus Doumeri, originaire du Lang-Bian (Annam, actuel Vietnam), en hommage à Paul Doumer, Bulletin de la Société botanique de France, t. L1, p. 113-117, séance du 26 février 1914.

Parmi toutes les présidences qu’il exerce (Chambre des députés, Sénat, République), Paul Doumer (1857-1932) préside pendant dix ans sans interruption la Société des amis du Muséum national d’histoire naturelle (1922-1932), jusqu’à son assassinat le 6 mai 1932 à Paris dans l’exercice de ses fonctions. Que signifie cet engagement ? Celui, à défaut, d’un scientifique contrarié ?

Ses amis naturalistes disent, en effet, que Doumer, grand naturaliste, « aurait pu être professeur au Muséum ». « Il regrettait de ne pas avoir suivi ses premiers penchants scientifiques », déclare ainsi son collaborateur Édouard Julia (Le Temps, 11 mai 1932). Gouverneur général de l’Indochine (1897-1902), Doumer adresse au Muséum « des quantités importantes d’animaux rares ». Au hasard de ses promenades au Jardin des plantes (Paris), le visiteur peut encore aujourd’hui trouver sur une cage ou sur un parc une étiquette portant la mention « Don de M. le gouverneur général Doumer ».

Continuer la lecture de Politique et sciences, notamment naturelles : Paul Doumer, l’Indochine et le Muséum national d’histoire naturelle (1897-1932)

Une histoire matérielle de la réception du préhistorique indochinois entre Trocadéro et Muséum (1898-1935)

Reconnue en Europe occidentale, la préhistoire en tant que discipline scientifique se fonde sur des concepts, méthodes et référents eurocentrés. En Asie du Sud-Est, la découverte d’industries préhistoriques déviant fortement des chronotypologies connues, a impliqué un processus d’accommodement et d’adaptation du modèle européen. Les travaux du Service géologique de l’Indochine et de l’École française d’Extrême-Orient durant les premières décennies du XXe siècle participent de ce mouvement. Ils ne sont pas restés sans écho en métropole, particulièrement chez les anthropologues et ethnologues gravitant entre le Trocadéro et le laboratoire d’Anthropologie du Muséum. Les collections paléoanthropologiques et culturelles participant à leur réception dans ce milieu ont fait l’objet de diverses appropriations que nous proposons d’examiner. Elles cristallisent des tensions inter- et intra-institutionnelles, sont l’objet de velléités politiques entre professeurs du Muséum et incarnent les enjeux de délimitation de l’ethnologie portée par Paul Rivet durant l’entre-deux guerres. Cette communication tentera de croiser une étude au plus proche des collections encore conservées au Musée de l’Homme avec les échelles plus variées des acteurs et actrices, institutions et administration coloniale.

Adèle Chevalier (MNHN)

Les objets fantômes des collections patrimoniales : vies et destins des modèles pédagogiques de botanique du Dr Auzoux

Cours de botanique dans une salle de classe de l’École Nationale d’Agriculture (détail), début XXe siècle, musée de Bretagne

Les modèles de botanique du docteur Louis Auzoux (1797-1880) sont des objets démontables en papier-mâché, conçus dans les années 1860 pour faciliter l’enseignement des sciences naturelles. Utilisés durant des décennies avant d’être progressivement délaissés au profit de nouveaux supports pédagogiques, ils rejoignent depuis peu des collections patrimoniales. Dans les années 1990, le Muséum national d’Histoire naturelle reçoit ainsi un don du lycée Charlemagne de Paris comprenant certains de ces modèles, ceux-ci sont alors inscrits à l’inventaire des bibliothèques du Muséum.

À partir de plusieurs parcours d’objets, cette communication s’attachera à décrire l’émergence des modèles de botanique du docteur Auzoux, leurs utilisations et leur importance à travers le temps, afin de comprendre leur acquisition d’un statut patrimonial dans différentes institutions. Dans un second temps, elle analysera les facteurs entravant une prise en charge optimale des modèles, tout en interrogeant les limites de la notion de patrimoine appliquée aux objets de médiation scientifique. Cette étude historique et muséologique contribuera à expliquer la situation actuelle de ces modèles au Muséum. Plus largement, elle permettra d’éclairer l’existence d’une multitude d’objets peu visibles au sein de l’institution, ainsi que de questionner la place qu’ils y occupent.

Diane Courtin ( MNHN, PALOC)