Archives de catégorie : Résumés

Défendre « l’action du milieu » au Muséum : la trajectoire de Julien-Noël Costantin entre réseaux familiaux et enjeux coloniaux (1884-1932)

Georges Canguilhem, “Le vivant et son milieu”, in La connaissance de la vie, Paris, Librairie Hachette, coll. Science et Pensée, 1952, pp. 160-193.

L’article de G. Canguilhem « Le vivant et son milieu » (1952) propose une grandiose généalogie de la notion de milieu, de Newton aux behavioristes. La fresque est loin d’être axiologiquement neutre : face à l’appréhension mécaniste et menaçante du milieu, Canguilhem défend une définition soucieuse de la singularité des milieux propres à chaque espèce et de leur irréductible normativité. Bien plus que Lamarck qui échappe au discrédit, ce sont les néo-lamarckiens qui, avec les behavioristes, sont les plus fermement dénoncés. Opposant leur mécanisme au « vitalisme nu » de Lamarck, il ajoute même que « le terme (de milieu) pris comme universel, comme abstrait, leur est transmis par Taine », véritable bête noire de Canguilhem tout au long de sa carrière. Leur faute est grave : les « néo-lamarckiens français » n’auraient retenu « des caractères morphologiques et des fonctions du vivant que leur formation par le conditionnement extérieur et pour ainsi dire par déformation. Il suffit de rappeler les expériences de Costantin sur les formes de la feuille de sagittaire ».

Face à cette véhémente critique, l’objectif de cette communication sera de tenter de revenir sur la trajectoire de Julien-Noël Costantin (1857-1936), promoteur de l’explication des transformations végétales par le milieu et dont la carrière fut intimement associée au Muséum : comme aide naturaliste (1884-1887), professeur à la chaire de culture (1901-1919) puis de botanique (1919-1932). Réseaux familiaux et enjeux coloniaux semblent avoir favorisé une carrière promouvant « l’action du milieu ».

Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Koyré)

L’apport des premières collections de reptiles du Jurassique de Normandie à l’histoire des sciences et à la paléontologie

Crocodiliens marins (Thalattosuchia) du Jurassique de Normandie trouvés au XIXe siècle dont les originaux ont été détruits au cours de la Seconde Guerre mondiale : plastotypes (moulages de spécimens porte-nom) conservés à l’Université de Bordeaux et planches lithographiées correspondantes.

Les découvertes de reptiles fossiles dans le Jurassique de Normandie au XVIIIe et au XIXe siècles ont joué un rôle central dans le développement de la paléontologie. Preuves de la notion d’espèces disparues, ces restes de reptiles se sont ensuite trouvés au cœur des débats qui ont agité le début du XIXe siècle entre Georges Cuvier et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire autour du fixisme et de l’évolutionnisme. De nombreux spécimens ont également été utilisés comme types porte-nom par les scientifiques de l’époque et revêtent à ce titre une grande importance dans la nomenclature paléontologique actuelle.

Cette communication passe en revue les principaux collectionneurs normands et les liens qu’ils entretenaient avec la science officielle incarnée par les professeurs du Muséum d’Histoire naturelle à Paris.

Au-delà d’une approche purement historique, une attention particulière est portée sur les spécimens dont l’intérêt scientifique reste toujours d’actualité. Les sources usuelles de l’histoire des sciences, comme les fonds d’archives, les lettres, les manuscrits et les documents iconographiques inédits constituent des vecteurs indispensables pour redécouvrir dans les collections muséales et universitaires des spécimens historiques dont l’importance était oubliée faute d’étiquette ou de catalogue. Cette méthodologie s’avère également utile pour collecter des informations sur des spécimens détruits au cours des vicissitudes de l’histoire et pour localiser des moulages en plâtre qui restent parfois les seuls éléments disponibles, avec les sources iconographiques, pour caractériser un taxon.

Arnaud Brignon (membre de la Société géologique de France)

Bibliographie indicative :

BRIGNON A. 2021. — Les Thalattosuchia jurassiques de Normandie des collections Vautier et Morière : contexte historique et redécouverte des plastotypes. Geodiversitas 43 (6): 151-186

BRIGNON A. 2018. — Contexte historique de la collection Félix de Roissy (1771-1843) de reptiles marins jurassiques des Vaches Noires. Geodiversitas 40 (2): 43-68

BRIGNON A. 2013. L’étude inachevée d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire sur les crocodiles fossiles (Thalattosuchia) de Normandie à la lumière de documents inédits. Annales de Paléontologie, 99 : 169-205.

“Sans jamais tenir lieu de dessin” : confrontation et complémentarité de la photographie et du dessin naturalistes au Muséum (1840-1880)

Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 250 × 175 mm, © Muséum national d’histoire naturelle.
Bisson frères (photographes), Louis Amédée Mante et Pierre Riffault (photogravure sur acier), « Mollusques et Zoophytes », 1853-1855, planche tirée de l’album de Louis Rousseau et Achille Dévéria, La Photographie zoologique, photographie sur acier tirée sur papier salé, contrecollée sur carton, 250 × 175 mm, © Muséum national d’histoire naturelle.

Si le rôle du dessin dans la démarche de l’histoire naturelle est relativement bien identifié, en premier lieu au travers de la célèbre collection des vélins du roi, l’emploi de la photographie scientifique dans le cadre de certaines disciplines enseignées au Muséum est peu connu.

Pourtant, zoologie, anatomie comparée, physiologie végétale, voire minéralogie ne s’en sont pas privées pour leurs travaux d’observation et d’expérimentation. La photographie y est alors perçue comme un instrument dont la fidélité de représentation atteint une perfection jusqu’alors inconnue : les naturalistes verraient-ils en elle la mort de ce dessin si peu objectif ?

Loin d’être aussi simple qu’un renouvellement d’une technique iconographique traditionnelle par une autre plus moderne, la photographie émergente nous invite à approcher sous un jour nouveau la place de l’image dans le travail du naturaliste.

En un siècle qui voit en même temps l’invention de la photographie et le triomphe du dessin naturaliste, les liens complexes entre ces deux types de techniques interrogent les rapports de hiérarchie socio-professionnelle qui régissent cet établissement, comme les voies nouvelles que prennent les sciences naturalistes, tiraillées entre exigence d’objectivité et subjectivité de l’œil et de la main du dessinateur, du photographe et du naturaliste professionnel. 

Lisa Lafontaine (archiviste-paléographe, doctorante en histoire des sciences à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Bibliographie indicative :

Challine, É. (2017). Une histoire contrariée : le musée de photographie en France (1839-1945). Éditions Macula.

Fieschi, C. (2008). Photographier les plantes au XIXe siècle, la photographie dans les livres de botanique. CTHS Sciences.

Fieschi, C. (2009). La photographie au laboratoire : installations et équipements photographiques dans les laboratoires scientifiques en France au XIXe siècle (v. 1860-v. 1910)Bibliothèque de l’École des chartes167(1), 103–132.

Lafontaine, L. (2021). Le naturel inimitable: les origines de la photographie au Muséum national d’histoire naturelle (1840-1880) [Thèse d’école]. École nationale des chartes.

Lafontaine, L. (2020). Les archives discrètes. Entrevoir la pratique photographique au Muséum national d’histoire naturellePhotographica1, 59–77.

Lafontaine, L. (2020, October 15). L’ère des aides-naturalistes : Scientifiques professionnels et amateurs photographes, les opérateurs internes du Muséum national d’histoire naturelle entre 1840 et 1865 [Présentation de journée d’étude filmée]. « Il y a amateur et amateur : Amateurs photographes et amateurismes scientifiques (1850-1950) », par Viraben, H., Le Mans Université, MSH.