Les objets fantômes des collections patrimoniales : vies et destins des modèles pédagogiques de botanique du Dr Auzoux

Cours de botanique dans une salle de classe de l’École Nationale d’Agriculture (détail), début XXe siècle, musée de Bretagne

Les modèles de botanique du docteur Louis Auzoux (1797-1880) sont des objets démontables en papier-mâché, conçus dans les années 1860 pour faciliter l’enseignement des sciences naturelles. Utilisés durant des décennies avant d’être progressivement délaissés au profit de nouveaux supports pédagogiques, ils rejoignent depuis peu des collections patrimoniales. Dans les années 1990, le Muséum national d’Histoire naturelle reçoit ainsi un don du lycée Charlemagne de Paris comprenant certains de ces modèles, ceux-ci sont alors inscrits à l’inventaire des bibliothèques du Muséum.

À partir de plusieurs parcours d’objets, cette communication s’attachera à décrire l’émergence des modèles de botanique du docteur Auzoux, leurs utilisations et leur importance à travers le temps, afin de comprendre leur acquisition d’un statut patrimonial dans différentes institutions. Dans un second temps, elle analysera les facteurs entravant une prise en charge optimale des modèles, tout en interrogeant les limites de la notion de patrimoine appliquée aux objets de médiation scientifique. Cette étude historique et muséologique contribuera à expliquer la situation actuelle de ces modèles au Muséum. Plus largement, elle permettra d’éclairer l’existence d’une multitude d’objets peu visibles au sein de l’institution, ainsi que de questionner la place qu’ils y occupent.

Diane Courtin ( MNHN, PALOC)

Programme 2023-2024 du séminaire “Muséum, objet d’histoire”

Le séminaire se tient une fois par mois (17h30-19h30, octobre à juin) au Jardin des Plantes (amphithéâtre Rouelle).

Il est  d’accès libre aux doctorants et aux chercheurs.

La validation du séminaire par les doctorants repose sur l’assiduité.

Les étudiants de master, du MNHN ou d’autres établissements, peuvent demander la validation de ce séminaire dans le cadre de leur cursus après accord du responsable pédagogique de leur formation. L’assiduité des étudiants est requise ; elle est complétée par une épreuve écrite en fin d’année.

Les étudiants (doctorat, master) intéressés sont invités à prendre contact avec les responsables du séminaire (Claude Blanckaert, Arnaud Hurel).

Le programme détaillé et définitif des séances est mis à jour au fur et à mesure.

Jeudi 26 octobre 2023 : Mme Anne Loyau (IREL-EPHE)

Les expositions du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme dans l’essor des études ethnologiques (1928-1947)

Jeudi 16 novembre 2023 : M. Léo Becka (université Paris 1, IHMC)

Le Nord au Muséum : les expéditions scientifiques de Paul Gaimard (1835-1840)

Jeudi 21 décembre 2023 : Mme Adèle Chevalier (Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 HNHP)

Une histoire matérielle de la réception du préhistorique indochinois entre Trocadéro et Muséum (1898-1935)

La séance initialement prévue (M. Jean Claude Favin Lévêque Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 HNHP) : L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum) est reportée à une date ultérieure
Jeudi 18 janvier 2024, séance reportée à une date ultérieure en 2024-2025 : Mme Tassanee Alleau (université de Tours – Centre d’études supérieures de la Renaissance)

Le secret des racines au Jardin du Roi, traces écrites et sensibles (XVIIe-XVIIIe siècles)

Jeudi 8 février 2024 : M. Stéphane Castellucio (CNRS, Sorbonne Université, Centre André-Chastel)
Jeudi 7 mars 2024 : M. Amaury Lorin (docteur en histoire de l’IEP Paris)

Politique et sciences, notamment naturelles : Paul Doumer, l’Indochine et le Muséum national d’histoire naturelle (1887-1932)

Jeudi 25 avril 2024 : Mme Diane Courtin (Muséum national d’histoire naturelle UMR PALOC, Sorbonne Université)

Les objets fantômes des collections patrimoniales : vies et destins des modèles pédagogiques de botanique du Dr Auzoux

Jeudi 16 mai 2024 : Mme Anne-Louise Le Cossec (université Paris 1, IHMC)

Frédéric Cuvier (1773-1838), observateur des animaux et des hommes

Jeudi 6 juin 2024 : M. Clément Léger

« Le cachet de la nature » : Jean-Joseph-Jacques Holandre (1778-1857), membre d’une province naturaliste du premier XIXe siècle

L’anthropologie française et la guerre (XIXe-XXe siècles) : détours par le Muséum

Galeries de paléontologie et d’anthropologie, photographie Pierre Petit, Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

Dans les précieuses collections du Muséum se trouvent les fossiles trouvés en 1868 dans l’abri de Cro Magnon. Ceux-ci servirent à décrire la « race de Cromagnon », soit l’espèce Homo sapiens, et tiennent ainsi une place marquante de l’histoire de la paléoanthropologie.  Mais la découverte en cache une autre : le fossile n°2 (la femme) comporte une large blessure à la limite du frontal et du temporal droit. Paul Broca vient l’analyser. Il conclut à une blessure intentionnelle, qui entrainera la mort ; de ce geste, il déduit que cette société préhistorique était intrinsèquement violente.

La guerre entre ainsi avec fracas dans la liste déjà longue des sujets de l’anthropologie scientifique naissante. Pendant un siècle et demi, le cheminement de la science va être lent, tortueux et sujet à rebondissements, pour répondre aux questions que soulevaient les traces de violence interhumaine mises au jour par les archéologues.

Cette présentation ira donc de ce premier fossile aux plus récentes découvertes africaines et enfin aux résultats encore provisoires de la science sur la question controversée de l’origine de la guerre.

Jean-Claude Favin Lévêque (UMR 7194 HNHP)

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search