Ernest Renan, les sciences naturelles et le Muséum

Joseph Ernest Renan par
Liébert, Alphonse (1827-1914). Photographie de 1884 (© BNF)

Si Ernest Renan (1823-1892) est connu pour sa destitution du Collège de France (en 1862), puis pour son retour triomphal (en 1870), les liens de ce premier défenseur français de Darwin avec le Muséum d’histoire naturelle de Paris sont moins connus. Continuer la lecture de Ernest Renan, les sciences naturelles et le Muséum

Le Jardin du roi et le premier empire colonial français– XVIIe-XVIIIe siècles

Le Jardin du roi et le premier empire colonial français– XVIIe-XVIIIe siècles

Plan du Jardin du Roi en 1788. Ch. Walter. Lith. Lemercier (Cap P.A., Le Muséum d’histoire naturelle …, Paris : L. Curmer, 1854)

Entre les années Colbert et la Révolution française, le Jardin du roi a joué un rôle de première importance dans l’histoire de la colonisation française, au cœur des institutions et des rouages de la Machine coloniale des rois de France.

Cette communication permettra d’aborder un certain nombre de questions liées à cette histoire.

François Regourd, maître de conférences d’Histoire moderne (université Paris Nanterre – CNRS, UMR Mondes américains)

Gilbert, le vétérinaire républicain : ou comment faire des animaux, les « compagnons de travail » des hommes


Traité des prairies artificielles, ou Recherches sur les espèces de plantes qu’on peut cultiver avec le plus d’avantage en prairies artificielles dans la généralité de Paris, & sur la culture que leur convient le mieux, Gilbert, François-Hilaire, 1789 (© Bibliothèque nationale de France)

Après le Muséum, l’autre institution importante à s’occuper des animaux est l’École de Maison Alfort qui devient une école d’économie rurale à partir de 1795. Son sous-directeur, François-Hilaire Gilbert (1757-1800), incarne cette génération de vétérinaire participant à tous les débats importants au début des années 1780 et à la controverse Vicq d’Azir Daubenton, sur le devenir de la médecine des animaux.

Dès le début de la Révolution, fort de son prestige conquis grâce à son Traité des prairies artificielles, il occupe une place-clé dans la redéfinition du rôle des animaux au sein de l’agriculture régénérée. Dès lors, il participe à toutes les grandes sociétés savantes, comités gouvernementaux, commission ministérielles, entre 1790 et 1799, jusqu’à son départ en Espagne. Il est membre de l’Institut à partir de 1795 et va développer une pensée globale sur l’animal en République, liée au projet politique d’une République agronome. Son chef d’œuvre inachevée aurait dû être la constitution d’un troupeau de moutons mérinos qui passe la frontière espagnole en 1800 mais sans lui… Continuer la lecture de Gilbert, le vétérinaire républicain : ou comment faire des animaux, les « compagnons de travail » des hommes

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)