Archives par mot-clé : anthropologie

Dénouer l’histoire des collections anthropologiques du Muséum

Le banian d'Ataï (1880)
Le banian d’Ataï (1880) – Archives nationales d’outre-mer

Dénouer l’histoire des collections anthropologiques du Muséum

Quelle histoire ? Quels écueils ? L’exemple des collections néo-calédoniennes (1875-1888)

Depuis les années 1990, les collections anthropologiques ou archéologiques des institutions muséales constituées de ce que l’on appelle « des restes humains » sont au cœur de vifs débats qui agitent les sphères culturelles, morales, juridiques et politiques. Ces controverses s’expliquent tantôt par une crise de l’autorité culturelle muséale (Tiffany Jenkins, 2010)[1], tantôt par le développement d’une communauté « morte-vivante » où les morts intègrent la fiction d’une identité collective ancrée dans un territoire (Arnaud Esquerre, 2011)[2]. Mais, en ne convoquant que mort et musée, n’oublie-t-on pas un acteur de poids ? La science. Une meilleure compréhension du regard porté sur l’Anthropologie et sur son histoire constitue une voie de réflexion à explorer. En effet, une ligne axiologique tendue entre la vision d’une science au passé raciste à décoloniser et celle d’une science rationaliste universelle, voire amorale, marque les discours. Elle est pénétrée d’anachronisme ou de réductions qui obturent le champ visuel. Car que savons-nous véritablement du passé de ces collections ? Si l’on se réfère aux collections anthropologiques néo-calédoniennes du Muséum, les publications scientifiques s’avèrent bien rares et pourtant, que de récits suscite la récolte de la tête d’Ataï, chef de l’insurrection kanak de 1878.

C’est à partir d’une étude comparative de la collecte de ces collections que nous nous interrogerons sur les conditions et les enjeux de ce moment de rupture au monde (Davallon, 2007)[3]. Dans une volonté de rencontre, le postulat sera de donner aux acteurs toute leur voix (Ricoeur, 2003)[4]. La période choisie, quantitativement représentative, englobe le conflit de 1878 et éclaire le cheminement de trois médecins de la marine. Un focus sera porté sur Ataï tant au niveau des spécificités de sa récolte que des lectures actuelles. Nous en soulignerons aussi les écueils d’un point de vue méthodologique.

 Christelle Patin EHESS, IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux)

[1] Tiffany Jenkins, Contesting Human Remains in Museum Collections. The Crisis of Cultural Authority. New York / Oxon, Routledge, 2011, 184 p.

[2] Arnaud Esquerre, Les os, les cendres et l’État, Fayard, 2011.

[3] Jean Davallon, Le don du patrimoine, Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Lavoisier, Paris, 2006, 222 p ;

[4] Paul Ricoeur, « Histoire et vérité », Conférence de l’École des chartes, Paul Ricoeur, Michel de Certeau et l’histoire : « Entre le dire et le faire », Dosse François, avril 2003, pp. 31-32.

Expositions universelles et sciences de l’Homme

Musée d'ethnographie du Trocadéro
Musée d’ethnographie du Trocadéro

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Présentation de madame Christiane Demeulenaere (Conservateur général honoraire aux Archives nationales et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré) à l’occasion de sa communication du jeudi 13 février 2014.

 

 

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle by Objets

Les sciences de l’Homme dans les expositions universelles

Photographie d'une vitrine du Musée d'ethnographie de Paris: "arts et industries des nègres d'Afrique" Source : Bibliothèque nationale de France, département Société de Géographie, SGE SG WE-22
Photographie d’une vitrine du Musée d’ethnographie de Paris: “arts et industries des nègres d’Afrique”
Source : Bibliothèque nationale de France, département Société de Géographie, SGE SG WE-22
Introduction à la communication de madame Christiane Demeulenaere (Conservateur général honoraire aux Archives nationales et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré) sur “Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle” le jeudi 13 février 2014.

Les expositions universelles qui se sont tenues à Paris n’ont pas été seulement de grandes fêtes populaires ou la simple célébration du génie français à travers l’exaltation du progrès technique, elles occupent une place dans l’histoire des sciences de l’Homme.

L’anthropologie mais aussi la préhistoire ont une dette à l’égard de ces expositions et spécialement celles qui se tinrent en 1867, 1878, 1889 et 1900.

Celle de 1867 tout particulièrement a permis d’exalter la technologie, l’industrie et la politique sociale de l’Empereur, mais aussi d’offrir une vitrine et une tribune sans égales à un pan nouveau de l’anthropologie, l’archéologie préhistorique.

Édouard Lartet, et Gabriel de Mortillet avaient organisé la section préhistorique sous le titre : « La Gaule avant l’emploi des métaux ». Ils entendaient présenter les « ustensiles en os et en pierre, avec les ossements des animaux aujourd’hui disparus du sol de France, mais trouvés avec ces ustensiles et pouvant indiquer la période à laquelle ceux-ci appartiennent. »[1]

Cette rétrospective était faite dans la galerie des œuvres caractérisant les diverses époques de l’histoire du travail.

Pour Mortillet, l’Exposition de 1867 représenta la grande victoire des études préhistoriques :

« C’est la première fois que les temps préhistoriques se manifestent d’une manière solennelle et générale. Eh bien, cette première manifestation a été pour eux un triomphe complet ! »[2]

Mais l’anthropologie des hommes actuels est la grande absente de l’exposition de 1867.

Cette situation est d’autant plus paradoxale que les 170 pages du Rapport sur l’anthropologie rédigé alors par le professeur d’anthropologie du Muséum Armand de Quatrefages – l’un des Rapports sur les lettres et les sciences commandés par Victor Duruy – et publiées cette même année 1867 marquent une étape importante dans le processus d’institutionnalisation des sciences de l’Homme à travers la reconnaissance des divers champs de l’anthropologie. En effet, plus qu’un simple panorama de l’anthropologie, Quatrefages a livré là un véritable manuel d’anthropologie qui dépasse la commande faite par le ministre. C’est à la fois une histoire de l’anthropologie, mais aussi une présentation des concepts et des divers champs de ce domaine. C’est une œuvre d’auteur, une œuvre engagée.

Comment expliquer cette absence ?

Revenant en 1889 sur cet épisode les tenants de la Société d’anthropologie de Paris souligneront que leurs prédécesseurs auraient eu conscience de ce qu’il y avait de « dangereux pour l’avenir de leur science d’en montrer prématurément les premiers essais ; ils s’abstinrent donc et firent bien »[3].

Le préhistorien Émile Cartailhac a livré une explication différente de cette volte-face. Les anthropologues avaient bel et bien préparé pour 1867 un projet d’exposition anthropologique. Édouard Lartet, le docteur Franz Pruner-Bey et Armand de Quatrefages avaient préparé un mémoire destiné l’Empereur afin de faire entrer l’anthropologie à l’exposition. L’idée était de faire venir des « spécimens » représentatifs des races du monde :

« Soumis au prince Napoléon, il fut accueilli avec faveur. Des ordres furent immédiatement donnés en vue de l’exécution. Le prince en parla le soir aux Tuileries, mais l’impératrice ne partagea pas son enthousiasme ; elle s’étonna, puis déclara qu’elle serait malheureuse d’exposer des hommes comme des chevaux… et… l’exposition anthropologique fut enterrée. » [4]

L’exposition de 1878 marque aussi la création d’une entité nouvelle et décisive pour les sciences de l’Homme : le musée d’ethnographie. Initié par Ernest Hamy, alors assistant à la chaire d’anthropologie du Muséum, le Muséum ethnographique des Missions scientifiques sera, 50 ans plus tard, rattaché à cette chaire.

Oscar de Watteville, directeur des Sciences et Lettres au ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-arts, le promoteur de ce musée à visée « purement scientifique » définissait ainsi le périmètre de cette nouvelle institution :

« Dans le Musée d’Anthropologie, l’homme est étudié en lui-même et comme créature. Dans le Musée d’Ethnographie, au contraire, c’est comme créateur qu’il est étudié. Ce sont ses efforts pour vaincre les forces de la nature, pour améliorer sa situation, pour atteindre le progrès, qui sont mis sous les yeux du public d’abord, des savants ensuite : ce sont ses armes, ses vêtements, son habitation, ses mœurs et ses usages, enfin, qui sont mis en lumière.

Muséum ethnographique est un musée d’histoire ; le Musée d’Anthropologie est un musée d’histoire naturelle. »

Ainsi les collections d’anthropologie et d’histoire naturelle étaient-elles appelées à ne pas figurer dans le Muséum ethnographique. La création du Musée de l’Homme viendra rebattre les cartes sur ce point.

En définitive, si les historiens s’accordent sur le fait que les expositions universelles jouèrent un rôle non négligeable dans l’histoire des techniques, encore reste-t-il à les interroger plus avant en ce qui concerne le champ des sciences de l’Homme. Quelle place convient-il de leur accorder dans le mouvement d’institutionnalisation et de recomposition de l’anthropologie ? Furent-elles si décisives dans le processus de reconnaissance et d’autonomisation des sciences préhistoriques ? Telles sont quelques-unes des nombreuses questions qui nous ont amenés, Claude Blanckaert et moi-même à consacrer une séance du séminaire à ce compagnonnage entre sciences de l’homme, Muséum et expositions universelles.

Pour commencer à débroussailler un tel sujet, dans lequel la matière première sur le plan archivistique est abondante, il allait de soi que nous nous tournions vers notre collègue du CTHS Christiane Demeulanaere.

Christiane présente en effet la double qualité d’être une historienne reconnue et une archiviste dont la carrière s’est déroulée au sein d’institutions aussi prestigieuses que l’Académie des sciences et les Archives nationales, où elle a acquis une connaissance unique de cette fameuse série F/12 « Commerce et industrie » qui contient les archives des Expositions universelles.

Sur le plan des travaux scientifiques, la dizaine d’ouvrages qu’elle a publiés seule ou avec d’autres collègues concernent principalement l’histoire des sciences et du patrimoine scientifique et technique dans une perspective qui ne néglige pas l’histoire sociale, que ce soit celle des savants et inventeurs de la collaboration entre ces deux fines lames du journalisme d’opinion que furent Caroline Rémy dite Séverine et Jules Vallès.

Et s’il est une espèce de fil rouge dans toute cette production c’est assurément Paris, mais n’est-ce pas légitime de la part de la présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France ?

A. Hurel (13 février 2014)

 


[1] La Société, l’École et le Laboratoire d’Anthropologie de Paris à l’Exposition universelle de 1889. Palais des art libéraux, Paris : Imprimeries réunies, 1889. pp. 1-95.

[2] MORTILLET G. de. « Promenades préhistoriques à l’Exposition universelle ». Matériaux pour servir à l’histoire primitive et philosophique de l’homme, 1867, nos 7 & 8, juillet-août 1867.

[3] La Société, l’École et le Laboratoire d’Anthropologie de Paris…

[4] CARTAILHAC é. « Un projet d’exposition anthropologique dressé en 1867 et en partie réalisé en 1889 ». L’Anthropologie, 1890, tome 1, pp. 633-634.

Continuer la lecture de Les sciences de l’Homme dans les expositions universelles