Archives par mot-clé : collections

Les archives du Muséum pour éclairer la connaissance des sciences naturelles en Pologne et Lituanie au XIXe siècle

Le cabinet zoologique de Varsovie (moitié du XIXe siècle)
Le cabinet zoologique de Varsovie (moitié du XIXe siècle)

Le XIXe siècle constitue une période de développement dynamique des sciences naturelles en Pologne et en Lituanie. Héritiers de la République des Deux Nations, partagée entre trois puissances étrangères (Russie, Autriche et Prusse), ces deux pays traversent une période de 123 ans (1795-1918) d’occupation. Une grande partie des activités et des institutions scientifiques, interdites ou limitées, se développent à l’étranger, principalement en France. C’est une spécificité polono-lituanienne de l’histoire des sciences en Europe. Autre caractéristique, les initiatives de développement des recherches dans ces pays sont souvent influencées par la pensée naturaliste et les institutions scientifiques françaises. Les archives du Muséum national d’histoire naturelle conservent à cet égard de nombreux documents cruciaux pour comprendre l’histoire des sciences naturelles en Pologne et en Lituanie.

L’importance de l’enseignement au Muséum national d’histoire naturelle dans la formation des élites scientifiques polonaises doit être remarquée. Les listes des auditeurs de cours de minéralogie, de botanique, des visiteurs du cabinet anatomique, des excursions géologiques, témoignent du rôle qui joua la France dans les pays où l’enseignement supérieur ne pouvait pas se développer librement. Ces documents complètent les rapports et les mémoires d’étudiants polonais et lituaniens comme Staszic, Drzewiński, Jarocki, Domeyko. Les collections du Muséum jouaient alors le rôle de modèles dans la création des principaux cabinets et musées d’histoire naturelle en Pologne et en Lituanie. Paris fut aussi souvent la première étape d’un voyage vers l’Amérique du Sud ou l’Afrique comme dans les cas de Jelski, Taczanowski et Sztolcman qui préparèrent au Muséum leurs explorations des tropiques.

Au cours du XIXe siècle, les sciences naturelles françaises jouèrent un rôle primordial dans tous les centres académiques de Pologne et de Lituanie (Cracovie, Vilnius, Krzemieniec et Varsovie). Les sujets de recherches, l’échange des idées et des collections mais aussi la politique et la vie quotidienne des savants témoignent de cette influence que l’on redécouvre à l’étude de la correspondance échangée par les naturalistes de ces centres de recherche (Horodecki, Jundziłł, Besser, Estreicher, Tyzenhauz, Taczanowski, Markowski, Zejszner) avec leurs professeurs et collègues de France.

Piotr Daszkiewicz

Retrouvez les images de la conférence ici

 

René Verneau et l’étude des Aborigènes guanches des Îles Canaries

Le professeur René Verneau (1852-1938)
Le professeur René Verneau (1852-1938)

En 1877, René Verneau (1852-1938) effectuait son premier séjour d’étude aux îles Canaries. Son objectif était de tester les théories de ses mentors scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, Ernest-Théodore Hamy et Armand de Quatrefages, sur les rapports entre la race de Cro-Magnon, définie depuis 1868, et les populations aborigènes des Canaries, appelées collectivement guanches d’après les études de Sabin Berthélot en 1842.

Cette idée, déjà avancée par Paul Broca, faisait partie d’une démarche scientifique plus large, celle de l’enquête sur les origines ethniques des populations d’Europe et d’Afrique du Nord, déclenchée par le processus de colonisation de ces derniers territoires. Concrètement, en Espagne péninsulaire, l’étude des populations aborigènes des Canaries fut liée à cette époque à une théorie sur les origines de la « race ibérique », mise en relation avec les populations préhistoriques du nord de l’Afrique, dont les berbères.

Publié en 1876, Los aborígenes ibéricos o los Bereberes en la Península ouvrage de Francisco María Tubino – secrétaire de la Société d’anthropologie espagnole de Madrid –, mobilise études anatomiques, données archéologiques et observations ethnographiques à l’appui de cette théorie née dans un contexte d’échanges étroits entre anthropologues français et espagnols.

Cette communication vise à replacer dans leur contexte historique les études de Verneau à propos de l’anthropologie des populations canariennes et à s’interroger sur le rôle des transferts scientifiques au-delà des frontières nationales dans la production du savoir. Finalement, on va prêter aussi attention à la formation des collections anthropologiques canariennes à Paris, en particulier dans la Section d’Anthropologie organisée pendant l’Exposition Universelle de Paris de 1878 au Palais du Trocadéro.

égalementThe Free Dictionary: De façon égale, identique: Ces deux idées sont également intéressantes.

Évolution des expositions du Muséum

L’ancienne Galerie de zoologie du Muséum

Le concept d’exposition tel qu’il pourrait être très schématiquement défini – présentation publique d’une sélection d’éléments en collection en vue de la transmission d’un message – ne recouvre qu’une période, relativement tardive, des 4 siècles d’histoire des musées.

Au Muséum, l’on pourrait fixer à l’inauguration des galeries de 1898 cette innovation qui marque la rupture entre, d’une part, la conception de lieux qui visaient à l’exhaustivité en s’apparentant à des réserves visitables scénographiées, comme la galerie de zoologie de 1889 et, d’autre part, la galerie de paléontologie avec son troupeau de l’évolution, serait-il encore fragmentaire en 1898. Quelle que soit la mutation à l’œuvre entre ces formes de mise à voir les collections, cette évolution est – comme les présentations antérieures – déterminée par la volonté de scientifiques soucieux de promouvoir et faire partager certains aspects de leurs disciplines.

Cette mutation, puis l’évolution des expositions, reflète ainsi principalement des évolutions des idées scientifiques et témoigne souvent de tensions entre telles ou telles écoles, parfois au sein même du Muséum, jusque dans le courant du XXe siècle.

Depuis quelques décennies, la professionnalisation des métiers de l’exposition, la remise en cause du concept de propagation des idées scientifiques au profit de celui de médiation prenant en compte les questionnements des scientifiques et de la société puis, plus récemment, l’emprise de l’économie du loisir, amènent les scientifiques, au Muséum comme ailleurs, à négocier avec de nouveaux acteurs la politique culturelle de leurs établissements.

Dans ce nouveau contexte, les expositions – réalisées ou rejetées – reflètent non seulement les avancées et tensions liées au savoir scientifique, mais aussi les approches des divers acteurs.

L’analyse des expositions ne peut plus se réduire comme dans la longue période précédente à leur dimension « de miroirs épistémologiques de l’évolution des idées scientifiques », tant elles témoignent des nouvelles hiérarchies à l’œuvre au sein des institutions scientifiques et muséales.

Michel Van Praët

 

Références

« Les expositions scientifiques “miroirs épistémologiques” de l’évolution des idées en sciences de la vie », Bulletin d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences de la Vie, 1995, 2 (1), p. 52-69.

« Muséums et collections d’histoire naturelle : quelle place dans l’histoire des musées ? », Histoire de l’Art, 2008, 62, p. 11-18