Archives par mot-clé : Cuvier

La gestation de la ménagerie du Jardin des Plantes et les formes de la captivité animale (1793-vers 1837)

Le bâtiment des « féroces » de la ménagerie du Jardin des Plantes, construit par Molinos, achevé en 1821, photographié au début du XXe siècle.
Carte postale, vers 1905 (Source : Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation, Ms 3315).

La naissance de la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, premier jardin zoologique de l’Occident, traditionnellement située en 1793 mais qui s’étire sur plusieurs décennies, est une période particulière : le terrain est vierge et tout reste à écrire, les volontés de renouveau sont fortes dans le contexte révolutionnaire, mais le projet porte en lui les ambiguïtés des relations aux captifs car, s’il souhaite libérer les animaux des contraintes des ménageries commerciales et princières, il éprouve des difficultés à marquer une rupture d’avec leurs structures de l’enfermement[1]. Continuer la lecture de La gestation de la ménagerie du Jardin des Plantes et les formes de la captivité animale (1793-vers 1837)

Des poètes au Jardin des Plantes

Les trois règnes de la Nature, Paris, Chez Giguet et Michaud, 1809
Les trois règnes de la Nature, Avec des notes par M. Cuvier, de l’Institut, et autres savants, Paris : Chez Giguet et Michaud, 1809

Le Jardin des Plantes de Paris a suscité un poème d’Adrien-Marie Depasse (vers 1830), de même que celui de Lyon a été décrit en vers par l’anonyme C.R. en 1817 et celui de Montpellier par Thomassy et Leprince en 1839. À côté de ces oubliés de l’histoire littéraire aussi bien que de l’histoire des sciences, il faut citer le “Poème du jardin des plantes” de Victor Hugo pour qui la promenade autour du Muséum est l’occasion de réflexions esthétiques et philosophiques.

Par ailleurs, les grandes figures qui passèrent au Museum furent l’objet de vers le plus souvent élogieux. On peut ainsi lire des poèmes consacrés en tout ou partie à Buffon, Cuvier, Geoffroy-Saint-Hilaire et même Lamarck.

Mais l’activité poétique exista, sous l’Empire et la Restauration, au sein du Museum lui-même. Joseph Deleuze, figure curieuse de l’histoire du Muséum, est connu pour être le traducteur de deux grands poèmes didactiques: Les Amours de plantes d’Erasmus Darwin et Les Saisons de Thompson. Et s’il n’était pas lui-même poète, il cite parfois dans ses ouvrages les vers de Castel sur Les Plantes. Cuvier lui-même ne dédaigna pas de rédiger les notes du grand poème scientifique de Delille, Les Trois Règnes de la nature.

Ces quelques textes témoignent de ce que, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, la poésie et les sciences naturelles pouvaient encore entretenir d’étroites relations et se rendre mutuellement des services. On s’intéressera aux enjeux épistémologiques, esthétiques et idéologiques manifestés par de telles relations en rapport avec le Muséum et le Jardin des Plantes.

Nicolas Wanlin

Le Muséum contre le Collège de France

 Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874), Truchelut & Valkman (Paris). Photographe, source gallica.bnf.fr
Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874).Truchelut & Valkman (Paris) photographe. Source gallica.bnf.fr

 

Les débuts de la stratigraphie, des années 1820 aux années 1860 : le Muséum contre le Collège de France

La stratigraphie, science qui étudie la disposition des strates, ou couches des terrains, en vue de reconstituer l’histoire de la Terre, naît dans les années 1810, en Angleterre, avec William Smith, et en France avec Alexandre Brongniart (et Georges Cuvier). Elle a besoin pour ce faire d’utiliser des marqueurs, essentiellement des fossiles qui permettent de dater les couches.

Curieusement quand le même Brongniart accède au Muséum, en 1822, c’est dans la chaire de minéralogie, science toute différente. La chaire de paléontologie qui étudie les fossiles, auxiliaires de la stratigraphie, n’est créée qu’en 1853, et confiée à Alcide d’Orbigny.

Et quand Victor Duruy commande les rapports à l’Empereur, pour l’exposition universelle de 1867,  à côté des rapports de minéralogie, de géologie (expérimentale) et de paléontologie, confiées aux professeurs du Muséum, il ajoute un rapport de stratigraphie, demandé à Léonce Elie de Beaumont, professeur au Collège de France (chaire d’histoire naturelle des êtres inorganiques) qui abandonne étrangement le recours aux fossiles au profit d’une géométrisation des « systèmes de montagnes ». Tout cela exige quelques explications.

Gabriel Gohau, Comité français d’histoire de la Géologie (COFRHIGEO)

CommaWikipedia: The comma is a punctuation mark, and it appears in several variants in various languages.