Archives par mot-clé : muséographie

Une histoire muséographique de l’ethnologie, du second MET au premier musée de l’Homme, 1928-1972

Réouverture du musée de l’Homme, 23 novembre 1939, © MNHN-BCM

Une histoire muséographique de l’ethnologie, du second musée d’Ethnographie du Trocadéro au premier musée de l’Homme, 1928-1972

À partir d’une approche qui prend la muséographie – définie ici, en première approximation, comme les modalités de présentation des collections – comme objet d’histoire, il s’agira de montrer comment et en quoi l’étude des présentations muséales apporte de nouveaux éclairages sur le passé de ces deux musées (tous deux rattachés au Muséum), des sciences qui y furent mises en scène (l’ethnographie et l’ethnologie) et de la communauté savante qui s’y constitua, tout spécialement dans leurs rapports à la diffusion de ces sciences dans la société en lien avec le colonialisme. Continuer la lecture de Une histoire muséographique de l’ethnologie, du second MET au premier musée de l’Homme, 1928-1972

Le Muséum et les représentations polymorphes de l’évolution des espèces et de la nature

Galerie d’Anatomie comparée. (Fonds Pierre Petit IC 1098, © Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation

La mise en scène dans les expositions ne peut être interprétée sur la simple base d’une transposition en trois dimensions de données « purement » scientifiques. Tout travail de mise en forme de la science à destination du « public » est un processus de communication complexe qui relève également de l’architecture et de la scénographie, et passe par la création de décors, mobiliers, dispositifs techniques et leur organisation dans l’espace. Une exposition donc, vue comme un outil de communication, offre des modes de lectures à ses visiteurs par le jeu des relations physiques qu’elle instaure entre les objets présentés et les visiteurs. Continuer la lecture de Le Muséum et les représentations polymorphes de l’évolution des espèces et de la nature

Les conceptions anthropologiques de la race au Musée de l’Homme

Paul Rivet faisant visiter l’exposition à Georges Mandel, Inauguration de l’exposition : « Afrique noire française » et réouverture des salles d’anthropologie, le 23 novembre 1939, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation
Paul Rivet faisant visiter l’exposition à Georges Mandel, Inauguration de l’exposition : « Afrique noire française » et réouverture des salles d’anthropologie, le 23 novembre 1939, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

En 1938, peu après les lois de Nuremberg de l’Allemagne nazie, le personnel du tout nouveau Musée de l’Homme à Paris – scientifiques liés ou en phase avec le Front populaire – aspirait à bâtir et à incarner une orientation scientifique progressiste sur la question de la race.

Novateur dans son dessein, ce projet se traduisait cependant, sur le plan muséographique, par des installations présentant, tout au long des galeries ethnographiques, des séries de crânes censées représenter autant de races spécifiques. Cet agencement laissait supposer, pour un public peu au courant des débats scientifiques, un lien entre le culturel et le biologique.

En partant de cet exemple, mon exposé fera l’historique de la science raciale en France et de son instrumentalisation politique, surtout pendant la crise des années trente.

Alice L. Conklin