Archives par mot-clé : Nouvelle Calédonie

Dénouer l’histoire des collections anthropologiques du Muséum

Le banian d'Ataï (1880)
Le banian d’Ataï (1880) – Archives nationales d’outre-mer

Dénouer l’histoire des collections anthropologiques du Muséum

Quelle histoire ? Quels écueils ? L’exemple des collections néo-calédoniennes (1875-1888)

Depuis les années 1990, les collections anthropologiques ou archéologiques des institutions muséales constituées de ce que l’on appelle « des restes humains » sont au cœur de vifs débats qui agitent les sphères culturelles, morales, juridiques et politiques. Ces controverses s’expliquent tantôt par une crise de l’autorité culturelle muséale (Tiffany Jenkins, 2010)[1], tantôt par le développement d’une communauté « morte-vivante » où les morts intègrent la fiction d’une identité collective ancrée dans un territoire (Arnaud Esquerre, 2011)[2]. Mais, en ne convoquant que mort et musée, n’oublie-t-on pas un acteur de poids ? La science. Une meilleure compréhension du regard porté sur l’Anthropologie et sur son histoire constitue une voie de réflexion à explorer. En effet, une ligne axiologique tendue entre la vision d’une science au passé raciste à décoloniser et celle d’une science rationaliste universelle, voire amorale, marque les discours. Elle est pénétrée d’anachronisme ou de réductions qui obturent le champ visuel. Car que savons-nous véritablement du passé de ces collections ? Si l’on se réfère aux collections anthropologiques néo-calédoniennes du Muséum, les publications scientifiques s’avèrent bien rares et pourtant, que de récits suscite la récolte de la tête d’Ataï, chef de l’insurrection kanak de 1878.

C’est à partir d’une étude comparative de la collecte de ces collections que nous nous interrogerons sur les conditions et les enjeux de ce moment de rupture au monde (Davallon, 2007)[3]. Dans une volonté de rencontre, le postulat sera de donner aux acteurs toute leur voix (Ricoeur, 2003)[4]. La période choisie, quantitativement représentative, englobe le conflit de 1878 et éclaire le cheminement de trois médecins de la marine. Un focus sera porté sur Ataï tant au niveau des spécificités de sa récolte que des lectures actuelles. Nous en soulignerons aussi les écueils d’un point de vue méthodologique.

 Christelle Patin EHESS, IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux)

[1] Tiffany Jenkins, Contesting Human Remains in Museum Collections. The Crisis of Cultural Authority. New York / Oxon, Routledge, 2011, 184 p.

[2] Arnaud Esquerre, Les os, les cendres et l’État, Fayard, 2011.

[3] Jean Davallon, Le don du patrimoine, Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Lavoisier, Paris, 2006, 222 p ;

[4] Paul Ricoeur, « Histoire et vérité », Conférence de l’École des chartes, Paul Ricoeur, Michel de Certeau et l’histoire : « Entre le dire et le faire », Dosse François, avril 2003, pp. 31-32.