Archives par mot-clé : Paléontologie

Le Muséum contre le Collège de France

 Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874), Truchelut & Valkman (Paris). Photographe, source gallica.bnf.fr
Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874).Truchelut & Valkman (Paris) photographe. Source gallica.bnf.fr

 

Les débuts de la stratigraphie, des années 1820 aux années 1860 : le Muséum contre le Collège de France

La stratigraphie, science qui étudie la disposition des strates, ou couches des terrains, en vue de reconstituer l’histoire de la Terre, naît dans les années 1810, en Angleterre, avec William Smith, et en France avec Alexandre Brongniart (et Georges Cuvier). Elle a besoin pour ce faire d’utiliser des marqueurs, essentiellement des fossiles qui permettent de dater les couches.

Curieusement quand le même Brongniart accède au Muséum, en 1822, c’est dans la chaire de minéralogie, science toute différente. La chaire de paléontologie qui étudie les fossiles, auxiliaires de la stratigraphie, n’est créée qu’en 1853, et confiée à Alcide d’Orbigny.

Et quand Victor Duruy commande les rapports à l’Empereur, pour l’exposition universelle de 1867,  à côté des rapports de minéralogie, de géologie (expérimentale) et de paléontologie, confiées aux professeurs du Muséum, il ajoute un rapport de stratigraphie, demandé à Léonce Elie de Beaumont, professeur au Collège de France (chaire d’histoire naturelle des êtres inorganiques) qui abandonne étrangement le recours aux fossiles au profit d’une géométrisation des « systèmes de montagnes ». Tout cela exige quelques explications.

Gabriel Gohau, Comité français d’histoire de la Géologie (COFRHIGEO)

CommaWikipedia: The comma is a punctuation mark, and it appears in several variants in various languages.

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané  au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Le Mammouth de la Madeleine. Extrait de Reliquiae aquitanicae : being contributions to the archaeology and palaeontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France, London, Williams, 1865-1875, planche XXXVII

Édouard Lartet fut professeur du Muséum sans l’être. Ce paradoxe résume une vie hors du commun, au cours à la fois atypique et exemplaire. Avocat de formation, il devient palaéontologue puis préhistorien. Il fouille notamment le gisement du Campané à Sansan, ainsi que plusieurs autres gisements du département du Gers, comme Simorre. C’est grâce à lui qu’une région connue depuis le XVIIe siècle pour livrer des objets bizarres (les « fausses turquoises de Simorre ») devient une terre paléontologique. Lartet est d’abord un homme de terrain mû par sa passion pour les fossiles puis il se « professionnalise » et devient paléontologue, décrivant les restes fossiles qu’il met au jour. Il publie notamment plusieurs notices sur la colline de Sansan avec la liste des espèces qui y vivaient au Miocène. Parmi les découvertes qui l’ont rendu célèbre la première est celle du Pliopithecus souvent cité comme le premier singe qui mit à bas la théorie de Cuvier. On détaillera cet aspect, et les légendes qui y sont associées. La découverte d’un autre singe, le Dryopithecus, du côté de Saint-Gaudens cette fois, mérite également une mention.

La carrière de Lartet s’est orientée en direction de la préhistoire. Aussi, devenu théoricien à part entière, Lartet conçoit-il la première chronologie du Quaternaire digne de ce nom. Il aura, de surcroît, la bonne fortune de découvrir un ivoire de mammouth gravé, la gravure représentant un mammouth, prouvant définitivement la contemporanéité de l’homme et des grands mammifères quaternaires : c’est l’ivoire dit de La Madeleine.

Si Lartet critiqua le cuviérisme dogmatique il ne devint pas évolutionniste quoiqu’ayant travaillé avec son collègue du Muséum Albert Gaudry, paléontologue évolutionniste s’il en est. Nommé à la chaire de paléontologie du Muséum en 1869, il ne put néanmoins y enseigner : malade, il dût retourner dans son Gers natal où il rend son dernier soupir au seuil de l’année 1871, l’année où Charles Darwin publie en Angleterre The Descent of man.

Pascal Tassy
MNHN, HDT, CR2P