Archives par mot-clé : race

Réceptions de Buffon dans les Lumières écossaises

An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789
An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789

L’historiographie, dans les dernières années, a souligné l’originalité et l’importance des Lumières écossaises dans l’établissement d’une nouvelle conception de l’histoire : avec Adam Smith et le mainstream des philosophes écossais, celle-ci abandonnait la narration traditionnelle des événements politiques pour s’attacher à l’étude du développement social de l’humanité à travers le franchissement des stades socio-économiques, depuis la sauvagerie primitive jusqu’à la société commerciale moderne. Restent cependant encore à interroger les liens entre cette conception progressive de l’histoire de la société civile et l’histoire naturelle de l’homme, ainsi que les classifications du monde naturel qui s’y développent.

Continuer la lecture de Réceptions de Buffon dans les Lumières écossaises

Les conceptions anthropologiques de la race au Musée de l’Homme

Paul Rivet faisant visiter l’exposition à Georges Mandel, Inauguration de l’exposition : « Afrique noire française » et réouverture des salles d’anthropologie, le 23 novembre 1939, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation
Paul Rivet faisant visiter l’exposition à Georges Mandel, Inauguration de l’exposition : « Afrique noire française » et réouverture des salles d’anthropologie, le 23 novembre 1939, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

En 1938, peu après les lois de Nuremberg de l’Allemagne nazie, le personnel du tout nouveau Musée de l’Homme à Paris – scientifiques liés ou en phase avec le Front populaire – aspirait à bâtir et à incarner une orientation scientifique progressiste sur la question de la race.

Novateur dans son dessein, ce projet se traduisait cependant, sur le plan muséographique, par des installations présentant, tout au long des galeries ethnographiques, des séries de crânes censées représenter autant de races spécifiques. Cet agencement laissait supposer, pour un public peu au courant des débats scientifiques, un lien entre le culturel et le biologique.

En partant de cet exemple, mon exposé fera l’historique de la science raciale en France et de son instrumentalisation politique, surtout pendant la crise des années trente.

Alice L. Conklin